LES SEPT DERNIERES PAROLES DU CHRIST A LA CROIX

Malgré de nombreux miracles réalisés par Jésus-Christ en faveur du peuple, ce dernier ployait sous l’ignorance …à  cause de la religion des pharisiens et de sadducéens ; le peuple refusa donc l’évidence de la divinité de Jésus-Christ … et préféra  ramener – au plus -  le Christ au statut  d’un prophète  certes puissant mais éphémère.  C’est pourquoi – durant sa vie terrestre – Jésus-Christ fut obligé de mettre constamment ses disciples en garde contre les enseignements issus de la religion officielle d’alors.

 INTRODUCTION

Guerres, génocides, familles éclatées, relations amicales ou familiales en mésentente cordiale, inégalités, arrogance, désespoir, cœurs insidieusement tristes, attentats-suicides, solitude au milieu de la masse, sida et maladies diverses, pessimisme, optimisme de façade, intrigues politiques, calomnies, mensonges, abus de confiance, terrorisme, viol, vol, insécurité, malnutrition, sous-alimentation, mal développement, malformation congénitale, handicaps physiques de toutes sortes, honneurs accordés aux crapules, politiciens cupides, pasteurs malhonnêtes, grandes églises au service des politiques d’exclusion sociale, petites églises dominées par des pasteurs à la recherche de la gloire et de la richesse matérielle, fidèles délaissés ou abandonnés, pauvreté extrême, saleté, immoralité, jalousie, sectarisme, exclusion ethnique ou raciale, funestes mystifications,  basse exploitation de sentiments humains, activisme social sans affection pour les personnes assistées, fanatisme, mauvaise foi,  jouissances morbides, …ce sont là des symptômes d’un monde spirituellement malade et tourmenté par les passions humaines très compliquées.

Au plan spirituel, il y a bien des choses qu’il importe de connaître. En fait au-delà des passions humaines, il y a Satan qui les inspire pour détruire l’œuvre salvatrice de Dieu en faveur des hommes. Satan est l’adversaire de Dieu et de l’homme.

Satan est l’esprit qui apporte au monde malédictions et malheurs. Satan tisse autour de l’homme des liens sociaux et spirituels qui poussent l’homme au mal. Il calomnie ensuite l’homme auprès de Dieu et auprès d’autres hommes. A ce jeu là, Satan est lumineusement pervers.

L’Eternel Dieu est l’esprit d’Amour. Dieu est l’Esprit Saint qui protège, inspire et suscite les bénédictions et libère l’homme de vicissitudes du monde tout en lui offrant la possibilité d’une vie éternelle. En Jésus Christ, Dieu parle aux hommes du bonheur et demande à les diriger selon un plan merveilleux établi depuis des siècles.

Pour se protéger contre les intrigues qui  découlent des passions humaines, il faut bien compter sur Jésus-Christ pour en réchapper. Les sept dernières paroles du Jésus-Christ à la croix indiquent ensemble l’architecture des liens tissés par Satan autour de l’homme et la voie pour s’en sortir.

Tel est le sujet de ce livre.

Le « salut » est devenu une affaire commerciale ou politique ; il est aujourd’hui offert à des personnes en détresse et/ou en quête de spiritualité élevée par des prétendus pasteurs ou évêques qui ne visent  qu’à manipuler les aspirations humanitaires et spirituelles des individus à des fins d’argent, d’abus sexuels ou de pouvoir politique.  Dans des modestes formations religieuses, on a affaire souvent à des gourous pompeusement auto-proclamés «Prophète», «Apôtre», «Evêque» ou «Bishop», «Messie», etc.

En réalité, ce sont des personnes uniquement intéressées par l’argent, la gloire et la séduction de toutes sortes et cherchant à entraîner leurs adeptes dans leurs délires particuliers. En fait, personne parmi ces gourous ne veut servir le peuple ; on cherche plutôt à s’en servir pour la gloire, l’argent et les plaisirs : les fidèles sont des marches d’escaliers pour  la considération sociale et la richesse matérielle. Les grandes églises – elles – développent des doctrines systématisées au service des pouvoirs temporels – politiques et/ou économiques -, pouvoirs établis ou pouvoirs suscités et  en formation.

Ces doctrines religieuses à la recherche de la mobilisation des masses populaires ont pour effet de fausser insidieusement la vérité biblique ou de stériliser la connaissance biblique à un niveau tel que le nom de Jésus-Christ ne peut être invoqué pour obtenir l’aide de Dieu en face des intrigues orchestrées par les esprits humains.

En fait, loin d’aider individuellement les fidèles, ces grandes religions sont  l’expression idéologique même des passions humaines – ô ironie – contre lesquelles les chrétiens devraient se protéger. Pire, les doctrines de certaines grandes églises sont devenues des religions au service de Satan, religions véhiculées par les fidèles, et ce, à leur insu !

Dans tous les cas, la connaissance exacte et personnelle de la mission de Jésus-Christ sur terre et l’invocation quotidienne de son nom constituent un antidote efficace contre les innombrables intrigues générées en société et contre les agissements de Satan. Satan n’aime pas ceux qui dévoilent ses agissements  et qui invitent  les gens à rejoindre le chemin tracé par  Jésus-Christ.  Gloire soit rendue à l’Eternel Dieu, Père de Jésus-Christ, notre Seigneur et Sauveur.

Le présent livre a donc  un  leitmotiv précis et pouvant être traduit par cette question : comment est-ce que la puissance du nom de Jésus-Christ peut quotidiennement aider le croyant chrétien à faire face aux intrigues de toutes sortes ? La réponse à cette question peut-être toute parole ou un livre fondé sur la partie la plus névralgique de la Bible : le sens de la mission sur terre du Christ par Lui-même.

 

CHAPITRE I  

«Père, pardonne–leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font»

(Luc 23 : 34)

__________________________________________________________________

 Luc 23 : 33-34          

33 Lorsqu’ils arrivèrent à l’endroit appelé «Le Crâne», ils clouèrent  Jésus sur la croix à cet endroit-là et mirent aussi les deux malfaiteurs en croix, l’un à sa droite et l’autre à sa gauche. 34 Jésus dit alors : Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils  font.  Ils partagèrent ses vêtements entre eux en les tirant au sort

Satan a été chassé du Royaume de Dieu, l’Eternel. Il a  été chassé loin de la face de l’Eternel lors de sa rébellion  contre le Dieu Tout Puissant et Très Haut. Dans Esaïe 14 : 14-15, la chute de Babylone symbolise cette déchéance de Satan. 

Esaïs 14 : 14-15 

14 Je monterai au sommet des nuages, je serai l’égal du Dieu Très Haut. 15 Mais c’est au monde des morts, jusqu’au fond de la fosse que tu as dû descendre. 

Satan  avait vécu les magnificences de Royaume de Dieu avant d’être précipité sur terre. Et dans la cage où il tient actuellement les hommes, Satan voudrait  reproduire pour eux des copies des magnificences qu’il a vécues  auparavant auprès de l’Eternel Dieu. Ce sont des copies de mauvaise qualité, mais qu’importe  puisque,  ce sont les seules  dans sa  cage  diabolique. En ce monde où Satan  voudrait  être seul dieu, ces copies répondent  à un dessein tout aussi diabolique … sous forment des religions, des doctrines, des croyances de toutes sortes …dont le but est de :  

  • Empêcher les hommes de songer à une vie  éternelle et d’y aspirer ;
  • Déformer auprès des hommes le sens exact de la mission de Jésus–Christ sur terre ;
  • Détourner les hommes du chemin que le Christ a tracé, lequel  chemin est destiné à  les  faire sortir de la cage satanique ;
  • Fournir aux hommes des substituts qui obscurcissent leurs consciences et les empêchent de devenir libres, heureux, fraternels… et  éternels !

Telle fut la stratégie employée par Satan pour combattre les prophéties qui avaient annoncé la venue du Messie en ce monde. Il est diable c’est-à-dire séparateur d’avec l’Eternel Dieu et père du mensonge.  

David, fils de Jessé,  est  un petit berger avant d’être désigné comme  Roi de Israël (-1000 à – 972). Près de 1000 ans  avant la naissance de Jésus–Christ, il lui avait été fait savoir que le Messie sera son descendant au plan humain et son Dieu au plan divin.

Esaïe 11

1 Un rameau sort du vieux troc de Jessé, un rejeton pousse de ses racines. 2 L ’Esprit du Seigneur est sans cesse avec lui, l ’Esprit qui donne sagesse et discernement, aptitude à décider et vaillance, l ’Esprit qui fait connaître le Seigneur  et enseigné à l’honorer. …10 Ce jour –là le  descendant de Jessé sera un signal dressé pour  les peuples du  monde. Les nations viendront  le consulter. Et du lieu où  il s’établira  rayonnera la gloire de Dieu. 

Six cents ans avant la  naissance de Jésus, le Prophète Esaïe dépeint les souffrances de Jésus-Christ dans la voie qu’il se choisira lui-même pour la Rédemption du monde. (Esaïe 53). 

Esaïe  53

2 Car  devant  le Seigneur le serviteur  a grandi comme un simple pousse, comme une pauvre plante qui sort d’un sol desséché…. 3 Il était celui qu’on dédaigne, celui qu’on ignore, la victime, le souffre-douleur. Nous l’avons dédaigné, nous l’avons compté pour rien, comme quelqu’un qu’on n’ose  pas regarder …7 Il s’est laissé maltraiter sans protester, sans rien dire, comme un agneau qu’on mène à l’abattoir, comme une brebis devant ceux qui la tondent. …8 Or il était éliminé  du monde des vivants, il était frappé à mort du fait des péchés de son peuple. 9…bien  qu’il n’ait commis de violence ni pratiqué la fraude …10 Mais le Seigneur approuve son serviteur accablé, et il a rétabli celui qui a avait offert sa vie à la place des autres.  12 … il s ‘est laissé placer  au nombre des malfaiteurs,  il a pris  sur lui les fautes  de tous les autres et il est intervenu en faveur des coupables.

Mais, la longue attente du Messie avait été transformée en une religionoù le Messie était  présenté comme un «chef politique sauveur » d’Israël, pays alors en butte à de nombreuses dominations étrangères (Luc 24 : 21). Doté d’une vérité transformée ou plutôt d’un mensonge subtil au service des chefs de cette religion, le peuple juif ne parvint jamais à reconnaître en Jésus-Christ le Messie que lui avait été promis par l’Eternel Dieu.

Malgré de nombreux miracles réalisés par Jésus-Christ en faveur du peuple, ce dernier ployait sous l’ignorance …à  cause de la religion des pharisiens et de sadducéens ; le peuple refusa donc l’évidence de la divinité de Jésus-Christ … et préféra  ramener – au plus -  le Christ au statut  d’un prophète  certes puissant mais éphémère.  C’est pourquoi – durant sa vie terrestre – Jésus-Christ fut obligé de mettre constamment ses disciples en garde contre les enseignements issus de la religion officielle d’alors. 

 Mathieu 16

 6 Jésus leur dit alors : – Faites attention, gardez-vous du levain des Pharisiens et des Sadducéens….12 les disciples comprirent qu’il ne leur avait pas dit de se garder du levain utilisé pour le pain, mais  de l’enseignement des Pharisiens et Sadducéens.…… 15 – Et vous, leur demande Jésus, qui dites-vous que je suis ? 16 Simon Pierre répondit : - Tu es le Messie, fils de Dieu vivant. 

Empêchés par leurs privilèges de chefs religieux de voir  en Jésus-Christ le Messie dont ils enseignent la venue depuis plusieurs années, les Pharisiens et les Sadducéens préfèrent finalement faire tuer Jésus-Christ (Mathieu 26 : 57-67).  Les chefs du peuple … vouent, en fin de compte, Jésus aux souffrances annoncées plusieurs siècles auparavant.

Mathieu  26

1-Quand  Jésus eut achevé toutes ces instructions, il dit  à ses disciples. 2 – Vous  savez que la fête de la Pâque aura lieu dans deux jours : le Fils de l’homme  va être livré  pour être  mis (…) sur une croix. 3- Alors les chefs des prêtres et les anciens  du peuple juif se réunirent  dans le palais  de Caïphe, le grand-prêtre ;  4- ils  prirent ensemble la décision d’arrêter Jésus  en cachette et de le mettre à mort. 

Le même comportement est à attendre de toutes les sortes d’oppresseurs des peuples enfermant les hommes dans des liens sociaux et spirituels de nature satanique :

  • Les oppresseurs culturels continuent les traditions humaines instituées par et pour Satan (divination, fausses prophéties, sorcellerie, astrologie, sacrifices humains.).
  • Les oppresseurs idéologiques propagent des croyances non religieuses de nature à soumettre l’individu aux pratiques d’inspiration satanique (ivrognerie, corruption, meurtre, prostitution, adultère, colère.).
  • Les oppresseurs religieux asservissent l’homme aux intérêts égoïstes (argent, pouvoirs de toutes sortes…) de certains groupes d’individus par le moyen des religions dont ils sont – directement ou indirectement – les chefs.  

En général, les producteurs des pensées ou des schémas sociaux d’oppression  finissent par développer chez autrui la peur (la peur de la mort par les armes ou  sous forme de la peur de manquer de la nourriture ou de l’éducation ou tout simplement la peur d’être socialement condamné par autrui). 

Les oppresseurs sont ce que la Bible appelle les «bergers insensés», les «bergers des moutons destinés à l’abattoir» ou les «trafiquants de moutons destinés à l’abattoir» et pour lesquels la Bibledit : «Malheur au berger insensé qui abandonne son troupeau ! Que la guerre détruise la vigueur ses bras et la vivacité de ses yeux   : que son bras soit paralysé, que son œil droit perde la vue !» (Zacharie 11 : 4 – 17). 

En condamnant Jésus à mort, les Pharisiens et les Sadducéens -  et pour leur malheur – ne savaient pas justement qu’ils accomplissaient  par-là même le dessein de l’Eternel  Dieu… et ouvraient ainsi  la voie à la Rédemption  du monde par Jésus–Christ ! Leur religion reflétait  avant tout un paradoxe : ils attendaient le Messie et maintenant  qu’il était là, ils le condamnaient  à mort … exactement comme cela avait été prédit par les Ecritures inspirées par Dieu  aux prophètes longtemps en avance : ils ne savaient  pas ce qu’ils faisaient

Satan est le père de l’oppression, du mensonge  et de la mort. En tant diable, il tente toujours les croyants par des privilèges éphémères. Il essaya avec certains disciples de Jésus dans le but d’empêcher la mission de ce dernier de s’accomplir.

Mathieu  16 

21(…) Jésus se mit à parler ouvertement à ses disciples en disant : – Il faut que j’aille à Jérusalem et que j’y souffre beaucoup de la  part des anciens, des chefs des prêtres et de maîtres  de la loi. Je serai mis à  mort et, le troisième jour, je reviendrai à la vie. 22 Alors Pierre le prit à part et se mit à lui faire des reproches. : – Dieu t’en garde, Seigneur ! Dit-il. Non, cela ne t’arrivera pas ! 23- Mais Jésus se retourna et dit à Pierre : – Va-t-en  loin de moi, Satan ! Tu es un obstacle sur ma route, car tu ne penses pas comme Dieu, mais comme les hommes

Mathieu  26

20 Quand le soir fut venu, Jésus se mit à table avec les douze disciples. Pendant qu’ils mangeaient, Jésus  dit : – Je vous  le déclare, c’est la vérité : l’un de vous me trahira.   23 Celui qui a trempé avec moi son pain dans le plat, c’est  lui qui me trahira. 24 Le Fils de l’homme va  mourir  comme les Ecritures l’annoncent à son sujet ; mais quel malheur pour l’homme qui trahira le Fils de l’homme ! …26 Pendant le repas, Jésus prit du pain et, après avoir remercié Dieu, il le rompit et le donna à ses disciples ; il leur dit : – Prenez et mangez ceci, c’est mon corps. 27 Il prit ensuite une coupe de vin et,  après avoir remercié Dieu, il lui donna en disant : buvez- en tous, 28 car ceci est mon sang, le sang  qui garantit l’alliance de Dieu et qui est versé pour beaucoup pour le pardon des péchés. 

Satan ne s’est pas arrêté là ! Il continua d’inoculer le doute sur la mission de Jésus-Christ comme en témoignent les passages bibliques lorsque Jésus se présenta parmi ses disciples après sa résurrection : 

Luc 24 : 36 – 44   

 36 (…) Jésus(…)se présenta  au milieu d’eux et leur dit : 37 – La  paix soit avec vous Ils furent saisis de crainte et de terreur, car ils croyaient voir un fantôme. 38 Mais Jésus leur dit : – Pourquoi êtes-vous troublés ? Pourquoi avez-vous ces doutes dans  vos cœurs ? 39 Regardez mes mains et mes pieds ? C’est bien moi ! Touchez-moi et voyez, car un fantôme n’a ni chair ni os, contrairement à moi, comme vous pouvez le constater. Il dit ces mots et leur montra ses mains et ses pieds. 41Comme ils ne pouvaient pas encore croire, tellement ils étaient remplis de joie et d’étonnement, il leur demanda : – avez-vous ici quelque chose à manger ? Ils lui donnèrent un morceau de poisson  grillé.43 Il le prit  et le mangea devant eux. 44 Puis il leur dit : – Voilà ce que je vous ai déclaré quand j’étais avec vous : tout ce qui est écrit à mon sujet dans la loi de Moise, dans les livres de prophètes et dans les psaumes devait se réaliser. 

Durant sa crucifixion, Jésus–Christ n’a – tout d’abord – pas pensé à lui-même mais plutôt à ces hommes qu’il était venu sauver. Il leur a donné des conseils allant dans le sens de leur Rédemption en insistant sur son retour glorieux. 

Mathieu  16 

24…Jésus dit à ses disciples : – Si quelqu’un veut venir avec moi, qu’il cesse de penser à lui-même….26 A quoi servirait–il à un homme de gagner le monde entier, s’il perd sa vie ? Y- a- t- il quelque chose qu’un homme puisse donner pour racheter sa vie ? 27 En effet, le Fils de l’homme va venir  dans la gloire de son Père avec ses  anges  et alors il paiera chacun selon la façon dont il aura agi

Jean 5 : 28 – 29 

26 (…) de même que le Père a le pouvoir de donner la vie, de même il a accordé au Fils le pouvoir de donner la vie. 27 Et il a donné au Fils au Fils le droit de juger, parce que qu’il le Fils de l’homme.28 Ne vous étonnez pas, car le moment vient ou tous les morts qui sont enterrés entendront sa voix 29 et sortiront de leurs tombeaux. Ceux qui ont fait le bien ressusciteront pour recevoir la vie, mais ceux qui ont fait le mal ressusciteront pour être condamnés.  

Jésus dira plus tard aux hommes, après sa  résurrection, de demander pardon pour leurs péchés afin d’être sauvés. Il fallait  pour cela demander au préalable  «pardon » à l’Eternel au nom de Jésus-Christ. L’adhésion à Jésus-Christ peut être faite publiquement à travers une déclaration individuelle, dans une assemblée (grande ou petite) des croyants ou devant un « ancien », pasteur ou simple chrétien pratiquant. L’essentiel est que cette déclaration soit sincère.  

Le chemin du Salut a été ainsi  tracé : il suffit de croire en Jésus–Christ et demander pardon et salut au nom de Jésus- pour être sauvé. Dans son discours figurant dans les Actes 2 : 16 – 38, l’Apôtre Pierre est sans équivoque à ce sujet. 

Actes 2 : 32 – 38 

 32- Dieu a ramené à la vie ce Jésus (…)33- Il a été élevé à la droite de Dieu et il a reçu du Père le Saint Espritqui avait été promis : Il l’a répandu sur nous (…) 36-…ce  Jésus que vous avait cloué à la croix, c’est lui que Dieu a fait  Seigneur et Messie….  38- …- Changez de comportement et que chacun de vous se fasse baptiser au nom de Jésus-Christ, pour que vos péchés vous soient pardonnés. Vous recevrez alors le don de Dieu, le Saint-Esprit (…). 

Marc 26 

16 Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé mais celui qui ne croira passera condamné. 17 Et voici les miracles que feront  voir ceux  qui  auront cru : ils chasseront des esprits  mauvais en mon nom ; ils parleront des langues nouvelles. S’ils prennent des serpents dans leurs mains ou boivent  du poison,  il ne leur arrivera aucun mal ; ils  poseront  les mains  sur les malades  et ceux-ci  seront guéris. 

Mathieu 10 : 32 –33 

32 Si quelqu’un  déclare publiquement m‘appartenir, je déclarai moi aussi devant le Père qui est dans les cieux qu’il m’appartient ; 33 Mais si  quelqu’un affirme publiquement ne pas me connaître, J’affirmerai moi aussi devant mon Père qui est dans les cieux que je ne le connais pas. 

En fait, l’Esprit Saint ouvre  l’intelligence de ceux qui cherchent l’Eternel Dieu et veulent être ses serviteurs. Par  l’Esprit Saint envoyé sur le croyant, l’Eternel le dote de la Puissance  de chasser  - au nom de Jésus-Christ -  les mauvais esprits et de se délier des  liens  sociaux et spirituels qui confinent l’homme  à l’esclavage de Satan. Il envoie ainsi sur ses élus l’Esprit Saint. Et sur ceux qui doivent exécuter une mission précise pour Lui, il envoie la nécessaire intelligence des choses ou des événements pour accomplir ladite mission (Exode 31 :1- 5). Il est possible de demander à l’Eternel et d’obtenir ce type d’intelligence au nom de Jésus-Christ. 

Exode 31 :1- 5

1 Le Seigneur dit  à Moise : 2 – Ecoute, j’ai choisi Bessalel, fils d’Ouri et petit-fils de Hour, de la tribu de Juda, 3 et je l’ai rempli de mon esprit, pour le rendre très habile et intelligent. Il connaît toutes sortes de techniques : 4 il sait élaborer des projets, travailler l’or, l’argent et le bronze, 5 ciseler les pierres précieuses et les monter, sculpter le bois, en un mot, il sait tout faire.  6 Je lui adjoins Oholiab, fils d’Ahissamak, de la tribu de Dan, et j’accorde également une grande habileté à d’autres artisans ; ensemble ils réaliseront tout ce que j’ai ordonné de faire :….

Luc 24 : 45 – 49  (Jésus–Christ parmi les disciples après sa résurrection)

45 Alors il leur ouvrit l’intelligence pour qu’ils comprennent  les Ecritures  et leur dit : 46 – Voici ce qui est écrit : le Messie doit souffrir, puis être ramené de la mort à la vie le troisième jour, 47 et il faut que l’on prêche en son nom devant toutes les nations, en commençant par Jérusalem, pour appeler les hommes à changer de comportement  et à recevoir le pardon des  péchés. 48 Vous êtes témoins de cela. 49 Et j ‘enverrai moi-même sur vous le don que mon père a promis. Mais vous devez rester dans la ville  jusqu’à ce que la puissance d’en haut descende sur vous.

Mais en réalité, aujourd’hui plus hier, croit-on en Jésus–Christ, malgré sa résurrection et la puissance de son nom ? Jésus-Christ a recommandé à ses disciples d’annoncer la Bonne Nouvelle partout et de baptiser les gens au nom Père, du Fils et du Saint-Esprit.

Marc 16 : 15 – 16 

15 il leur dit : – Allez dans le monde entier et annoncer la Bonne Nouvelle. 16 Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; mais celui qui  ne croira pas sera condamné

L’évangélisation reste une nécessité. En niant la divinité de Jésus-Christ comme l’ont fait avant Que Jésus fut un simple prophète juif du passé (les Musulmans), qu’il fut un simple agent – premier-né des hommes – de l’Eternel (Les Témoins de Jéhovah), 

  • Que Jésus ne devait pas mourir tant et si bien que l’Eternel a envoyé un autre Christ en la personne de monsieur Moon (les Moonistes,…),
  • Que Jésus devrait être considéré comme un dieu parmi tant d’autres dans ce monde (les animistes et les religions pré- chrétiens  d’Afrique, d’Asie et d’Océanie). 

On peut alors se poser la question suivante : au nom de quoi ou de qui les religieux ci-dessus chassent-ils les mauvais esprits, les démons et leur maître Satan ? En fait, ces religieux vivent avec ces esprits néfastes au lieu de les chasser ! Ces religieux font partie de la panoplie d’outils utilisés par Satan pour empêcher la Rédemption du monde. Ils déforment la vérité et obstruent concrètement le chemin qui mène à la vie éternelle, à savoir la foi en Jésus-Christ.  

Jean 14 : 2 – 7 

2 Il y a beaucoup d’endroits ou demeurer dans la maison de mon Père et je vais vous préparer une place. Je ne vous l’aurais pas dit si ce n’était pas vrai.3 Et après être allé vous préparer une place, je reviendrai et je vous prendrai, auprès de moi, afin que vous soyez, vous aussi, là où je suis. 4 Vous connaissez le chemin qui conduit ou je vais. 5Thomas lui dit : – Seigneur, nous ne savons pas tu vas. Comment pourrions-nous en connaître le chemin ? 6 Jésus lui répondit : – Je suis le chemin, je suis la vérité, je suis la vie. Personne ne peut aller au Père autrement que par moi  7 Si vous  me connaissez, vous connaîtrez aussi le Père. Et dès maintenant vous le connaissez et vous l’avez vu. 8 Philippe lui dit : – Seigneur, montre-nous le Père et nous serons satisfaits. 9 Jésus lui répondit : – I y a si longtemps que je suis avec vous et tu ne me connais pas, Philippe ? Celui qui m’a vu a vu le Père. Pourquoi donc dis-tu : «montre-nous le Père ?» 10 Ne crois-tu pas que je suis dans le Père et que le Père est en moi ? Les paroles que je vous dis à tous ne viennent pas de moi. Le Père qui demeure en moi accomplit ses propres œuvres  11Croyez-moi quand je dis : je suis dans le Père et le Père est en moi. Ou, du moins, croyez à cause de ces œuvres. 12 Je vous le déclare, c’est la vérité : celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes, parce que je vais auprès du Père. 13 Et je ferai tout ce que vous demanderez en mon nom, afin que le Fils manifeste la gloire du Père. 14 Si vous me demandez quelque chose en mon nom, je le ferai.    

Les religieux  oppresseurs jouent le jeu de ceux qui pensent que la foi en Jésus-Christ constitue une fuite devant la réalité et pourtant se laissent aller à des formes diverses de philosophie positivesans possibilité d’avoir la paix profonde ; ils jouent le jeu de ceux qui estiment que la foi en Jésus est une affaire de croyance positive ayant pour but de doter les gens d’une certaine énergie favorable dans leur vie active actuelle. Or, la foi en Jésus-Christ, c’est plus que cela. 

La foi en Jésus-Christ a  trait à la possibilité de vie éternelle promise par Dieu aux hommes ; et durant notre vie terrestre, c’est avant tout une question d’amour entre hommes et de leur possibilité de vivre ensemble dans la paix et dans la joie…en  attendant le retour glorieux de Jésus-Christ.  

L’attente de la vie éternelle rend en effet inutiles certaines compétitions qui sont de nature à détruire la paix ; l’espérance rend caduques beaucoup de conflits et restaure souvent la joie de vivre. Ceux qui recherchent avec acharnement des privilèges dans le cadre satanique de ce monde en ignorant Jésus-Christ ne savent pas ce qu’ils font ; ils ne savent pas qu’ils sont objectivement des artisans des conflits au lieu d’être des acteurs de paix dont ils ont eux-mêmes besoin. Ils ne savent pas qu’ils sont des agents de Satan qui a pour but de les détruire et de les empêcher d’avoir accès à la vie éternelle.Seule la foi en Jésus-Christ peut  libérer ce type des captifs en Satan. Il faut prier pour eux et leur accorder notre pardon …en attendant notre libération possible, tous ensemble !

CHAPITRE II

«Je te déclare, c’est la vérité : 

Aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis» 

(Luc 23 :43)

_____________________________________________________________________ 

Luc 23 : 39-43

39 L’un des malfaiteurs suspendus  en croix l’insultait  en disant : – N’es-tu pas le Messie ? Sauves-toi toi-même et sauve-nous ! 40 Mais l’autre lui fit des reproches et lui dit :- Ne crains-tu pas Dieu, toi qui subis la même punition ? 41 Pour nous, cette punition est juste car nous recevons ce que nous avons mérité  par nos actes ; mais lui n’a rien fait de mal. 42 Puis il ajouta : – Jésus, souviens- toi de moi quand  tu viendras comme roi. 43 Jésus lui répondit : – Je te le déclare, c’est la vérité : aujourd’hui, tu seras avec moi dans le paradis

Il existe deux manières différentes de comprendre ce verset Luc23 : 43. :

  • En vérité, je te le dis aujourd’hui : tu seras avec moi dans le paradis ! On insiste ici au jour de la déclaration  et l’entrée au paradis est promise lors de l’avènement du Christ  à la fin de ce monde.
  • En vérité, je te dis, tu seras avec moi, aujourd’hui dans le paradis. On insiste ici sur le caractère immédiat de l’exécution  par Jésus – Christ de la promesse d’entrée au paradis

Que l’entrée au Paradis soit immédiate ou postposée pour le malfaiteur mis en croix en même temps que Jésus-Christ, cela n’a pas beaucoup d’importance pour les croyants actuels. Ce qui est essentiel pour nous, c’est la Bonne Nouvelle qui est contenue dans cette promesse divine. Seul Dieu peut pardonner les péchés et promettre le paradis à la personne pardonnée. Revenons un moment sur la nature de Jésus- Christ.  

La deuxième  parole de Jésus à la croix constitue une  véritable déclaration de guerre contre le Satan. Elle indique – pour tout un chacun -  la fin possible de la détention des hommes dans la cage satanique !  

L’évangélisation commençait ainsi comme un processus irréversible et puissant, initié par Jésus lui-même puisque cette Bonne Nouvelle sera confirmée  aux disciples  après sa résurrection.  

En fait, l’Eternel Seul était capable d’offrir la vie et de tracer le chemin du Salut pour l’homme car Lui Seul est Maître du temps. Il est Omniprésent et Puissant pour le faire pour tout homme et partout. Mais ici le Seigneur avait choisi de tracer ce chemin en condition d’homme pour que l’homme puisse l’emprunter, aisément et à sa dimension. C’est pourquoi, l’Eternel Créateur avait auparavant en Jésus revêtu cette condition de créature sous forme d’enfant, expression suprême de la fragilité humaine. C’est comme si Dieu donnait existence à un homme de nature divine et consubstantiellement Dieu. 

Esaïe 9 : 5-6

5 un enfant nous est  né,  un  fils nous est donné. Dieu l’a chargé d’exercer  l’autorité. On lui donne ces titres : Conseiller merveilleux,  Dieu fort, Père pour toujours, Prince  de la paix. 6 Il a mission d’étendre son autorité et d’assurer une paix sans sa fin. 

Jésus-Christ était donc l’Eternel en condition d’homme … ce qui n’empêchait pas l’Eternel Dieu de rester – par ailleurs – Omniprésent, Omniscient et Tout Puissant. Mais il était homme à un moment déterminé et à un endroit donné dans un but précis : c’était un être particulier né homme et destiné à la souffrance et à la passion rédemptrice.  

Dans ce sens, on peut considérer Jésus-Christ comme le fils de Dieu ou  Fils de l’homme comme  il disait de lui-même, tout en ayant en lui la plénitude des attributs de l’Eternel Dieu.  

Luc 1 : 35

(l’Ange à Marie, mère de Jésus)  

35 – Le Saint Esprit viendra sur toi et la puissance du Dieu très haut te couvrira de son ombre. C’est pourquoi on appellera Saint et Fils de Dieu l’enfant qui doit naître.   

Il était plus aisé de dire en effet de Jésus qu’il était Fils de Dieu  plutôt que de dire de lui qu’il étaitDieu en condition d’homme. Dieu aurait pu prendre une autre forme spéciale. En prenant la forme humaine, l’Eternel rappelait, d’une manière, forte et ingénieuse, aux hommes qu’ils étaient- eux aussi – fils de Dieu par destination.  

L’Eternel en condition d’homme, c’est Jésus-Christ. Il est dit «Fils de Dieu » pour indiquer que Dieu s’est incarné en un homme ; Il reste Père pour indiquer qu’il est le Principe vital ou l’Esprit vivifiant et source de toute existence. C’est pourquoi Jésus-Christ peut dire en Apocalypse 22 : 3 : «Je suis l’alpha et l’oméga, le premier et le dernier, le commencement et le fin.» 

Esprit Saint, Père et Fils de Dieu sont donc trois expressions différentes, inséparables et consubstantielles de l’Eternel, Unique Dieu et Créateur de toutes existences.  

Les trois expressions ci-dessus de l’Eternel sont inséparables tant est si bien Jésus-Christ peut venir sur ses croyants sous forme d ’Esprit Saint ; Jésus-Christ peut venir en Esprit Saint – ou comme il dit « nous envoyer » l’Esprit Saint – plutôt que de nous apparaître sous la forme limitée d’homme, situé dans l’espace ou le temps comme il l’avait fait en Israël au début du premier millénaire de notre ère. Jésus-Christ est donc vivant, depuis toujours et pour toujours ! 

On peut donc aussi maintenant comprendre le sens des versets ci-après  

Colossiens 1 : 15-19

15 Le Christ est l’image visible du Dieu invisible. Il est le fils premier-né, supérieur à tout ce qui a été crée. 16 Car c’est par lui que Dieu a tout crée dans les cieux et sur la terre, ce qui est visible et ce qui est invisible, les puissances spirituelles,  les dominations, les autorités et les pouvoirs. Dieu a tout créé par lui et pour lui.17 Il  existait avant toutes choses, et dans leur relation avec lui toutes les parties de la création  sont maintenues à leur place. 18 Il est la tête du corps qui constitue l’Eglise; c’est en lui que commence la vie  nouvelle, Il est le Fils premier-né, le premier à avoir été ramené de la mort à la vie afin d’avoir en tout  le premier rang. 19 Car  Dieu  a décidé  d’être pleinement en son Fils.

Jean  8 : 54-58

54… – Si je me glorifiais moi-même, ma gloire ne voudrait rien. Celui qui  me glorifie, c’est mon Père, lui dont vous dites «Il est notre Dieu »,  (…) 56 Abraham votre père s’est  réjoui en pensant qu’il devait voir mon jour ;  il l’a vu et  en a été heureux. 57 Les Juifs lui dirent : – Tu n’as pas encore cinquante  et tu as vu Abraham ?58 Jésus leur répondit : – Je vous le déclare, c’est la vérité : avant qu’Abraham soit né «je suis ». 

« Je suis » est le nom de l’Eternel attribué à Lui-même par Lui-même en Exode 3 : 14. Par le verset Jean 8 : 54-58, Jésus affirme sa divinité et sa nature d’homme et de Dieu à la fois. Et en tant tel, Jésus est non seulement le Messie traçant le chemin du Salut et mais aussi le Prophète qui encourage les hommes à suivre ce chemin du Salut pour vivre éternellement. Il ne pouvait être un simple agent de Dieu ; et il ne peut donc pas être réduit à un simple envoyé de l’Eternel sur terre comme certaines religions veulent le présenter!  

En se destinant à la mort, Jésus était venu avec toute sa force divine pour sauver les hommes et non pour les juger. Il a tracé un chemin accessible aux hommes : celui tout simple de la foi en lui. Il ne demande pas à l’homme de peser de toutes ses forces physiques et intellectuelles pour être sauvé mais tout simplement de croire en lui.   

Hébreux 2 : 17-18 

17 C’est pourquoi il devait devenir en tout semblable à ses frères, afin d’être leur grand – prêtre fidèle et plein de bonté dans son service devant Dieu, pour que les péchés du peuple soient pardonnés. 18 Et maintenant, il peut venir en aide à ceux qui sont tentés, parce qu’il a été tenté lui-même et qu’il a souffert.  

Jésus-Christ demande tout simplement aux hommes la foi en lui et par là, il cherche encore à nettoyer le monde de ses péchés et de ses conséquences : maladie, famine, solitude, déceptions,…. Il rappelle comme suit et constamment au monde ce que l’état des péchés. 

Proverbes 6 : 12-19 (formes du mal) 

12 Celui qui répand des paroles fausses est un vaurien, un homme immoral. 13 Il cligne de l’œil pour tromper les autres, il fait des appels de pieds, des signes de main. 14 Il n’a de goût que pour le mal. Il prépare sans cesse de mauvaises actions, il provoque les querelles. 16 Il y a six choses que le Seigneur déteste et ne supporte absolument pas : 17 le  regard orgueilleux, la bouche qui trompe, 18les mains qui tuent des innocents, l’esprit qui projette l’injustice, les pieds qui courent faire le mal, 19le témoin qui dit des mensonges. Mais il y a en aussi une septième : l’homme qui sème la discorde entre frères

Jérémie 8 : 9 (ignorance de la Parole de Dieu)

  9 C’est la honte pour les sages ; ils ne savent plus où ils en sont, les voilà pris au piège.  Puisqu’ils ne veulent pas de la Parole du Seigneur, leur sagesse,  à quoi donc leur sert-elle ? 

Romains 1 :28-32 (dureté de cœur)

28…ils ont  refusé de reconnaître Dieu, Dieu les as livré à leur intelligence déréglée, pour qu’ils fassent ce qu’ils ne devraient pas faire. 29 Ils sont remplis de toute sorte d’injustice, du mal, d’envie, de méchanceté ; ils sont  pleins de jalousie, de meurtres, de querelles, de ruse, de malice. Ils répandent  des bavardages. 30 et disent du malles uns des autres ; ils sont ennemis de Dieu, insolents, orgueilleux, vantards. Ils inventent de nouveaux moyens de faire du mal  et sont rebelles à leurs parents. 31 Ils  sont  sans conscience et  ne tiennent  pas leurs promesses ; ils sont durs et sans pitié pour les autres. 32 Ils connaissent bien le jugement de Dieu : ceux qui se conduisent de cette  manière méritent la mort. Pourtant, ils continuent à commettre de telles actions et,  de plus,  ils approuvent ceux qui les commettent aussi. 

Le Paradis  est la destination que le fils de Dieu l’Eternel nous invite à rechercher ; le Paradis, c’est le lieu où ceux qui ont  été sauvés  pourront jouir de la présence éternelle de Dieu, après leur mort. Ce sera un lieu de joie et de bonheur. 

Esaïe 12 :1-3   (joie du peuple libéré) 

1 Peuple  libéré, tu diras ce jour-là : «Seigneur, je veux te louer ; j’avais mérité ta colère, mais tu ne m’en veux plus, tu m’as réconforté. 2 Voici le Dieu qui m’a sauvé, je me sens en sécurité, je n’ai plus peur. Ma grande force, c’est le Seigneur, il est mon sauveur ».3Avec joie vous puiserez aux sources du Salut.  

C’est la  promesse la plus constante, l’essence même de la mission du Christ : la vie éternelle en présence de Dieu, l’Eternel. C’est la récompense que recevront ceux qui auront renoncé au mal, aux péchés et auront décidé de reconnaître Jésus–Christ comme leur rédempteur et sauveur personnel.

2 Pierre 3 : 13-14 

13…Dieu a promis un nouveau ciel et une nouvelle terre, où la justice habitera,  et voilà ce que nous attendons. 14….en attendant ce jour, faites tous vos efforts pour être purs et sans faute aux yeux de Dieu  et pour être en paix avec lui. 

Jésus-Christ apparaît ainsi comme l’unique médiateur entre les hommes et Dieu l’Eternel intercédant auprès de l’Eternel contre le Satan qui les accusent  continuellement. 

1Jean 4 : 8-15 (Démarche divine en faveur des hommes) 

8 Celui qui n’aime pas ne connaît pas Dieu, car Dieu est Amour. 9 Voici comment Dieu à manifesté son amour pour nous : il a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous ayons la vie par lui.10 Et l’amour consiste en ceci : non pas en ce qui nous avons aimé Dieu, mais en ce qu’il nous a aimés et a envoyé son Fils pour que, grâce  à son sacrifice, nos péchés soient pardonnés. 11 Mes amis, si c’est ainsi que Dieu nous a aimés, nous devons, nous aussi, nous aimer les uns les autres. 14…nous proclamons que le Père a envoyé son Fils pour être le sauveur du monde. 15 Si quelqu’un déclare que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui et il demeure en Dieu. 

Colossiens 1 : 15-

20 …il (Dieu) a décidé de réconcilier l’univers entier avec le Fils. Dieu a établi la paix par la mort de son Fils sur la croix

Jérémie 17 : 5-8(confiance en Dieu)

5 Voici ce que déclare le Seigneur : – Je condamne celui qui se détourne de moi, ne met sa confiance qu’en l’homme et cherche sa force dans les  pauvres moyens  humains. 6Il aura le même sort qu’un buisson chétif dans  la steppe. Aucune chance pour lui de voir venir le bonheur ! Il restera là, parmi les pierres du désert, sur cette terre stérile que personne n’habite. 7 Mais je bénis celui qui met sa confiance en moi et cherche en moi sa sécurité. 8 Il  aura le même sort qu’un arbre planté près de l’eau, dont les racines s’étendent à proximité du ruisseau. (…)

Il faut avoir confiance en Jésus-Christ car lorsque Jésus–Christ s’adresse à l’Eternel, Dieu, c’est en réalité l’Eternel qui s’adresse à Lui-même. Et lorsque l’Eternel Dieu s’adresse à Jésus–Christ, c’est aussi l’Eternel qui s’adresse  à Lui-même.C’est pourquoi Jésus-Christ peut faire des miracles, pardonner les péchés et promettre le paradis  à quiconque croit en lui. 

Hébreux 1 : 8-12 

8…au sujet  du Fils, Dieu a déclaré : « Ton trône, ô Dieu, est établi pour toujours. C’est  avec justice que tu gouvernes ton royaume. 9Tu aimes ce qui  est juste, tu détestes le mal, c’est pourquoi Dieu, ton Dieu, t’a consacré en versant sur ta tête l’huile de fête et t’a choisi plutôt que tes compagnons ».10Il a dit  aussi : « C’est toi, Seigneur, qui au commencement as fondé la terre et le ciel est l’œuvre de tes mains. 11 Tout  cela disparaîtra, mais toi tu restes. Terre et ciel s’useront comme de vieux habits ; 12 tu les rouleras comme un manteau  et ils seront changés comme des vêtements. Mais toi tu demeures le même et ta vie n’a pas de fin ».        

Il y a lieu donc de faire attention aux doctrines – religieuses et non religieuses- qui obscurcissent la nature véritable de Jésus- Christ. Elles visent un dessein diabolique de nous séparer d’avec Dieu. 

1 Jean 4 :1-3 

1 Mes amis, ne croyez pas tous ceux qui prétendent avoir l ’Esprit, mais mettez-les à l’épreuve pour vérifier si l’esprit qu’ils ont vient de Dieu. En effet, de nombreux  faux prophètes se sont  répandus dans le monde. 2 Voici comment vous pouvez savoir s’il s’agit de l ’Esprit de Dieu : quiconque déclare que Jésus–Christ est réellement devenu homme  a l ’Esprit  qui vient de Dieu. 3 Mais quiconque refuse de reconnaître ce fait à propos de Jésus n’a pas l ’Esprit qui vient de Dieu. L’esprit qu’il a est celui de l’Adversaire du Christ…

 1 Jean 3 :7-8

 7 Mes enfants, ne vous laissez tromper  par personne ! Celui qui fait ce qui est juste est lui-même juste, comme Jésus-Christ est juste. 8 Celui qui continue à pécher appartient au diable, car le diable a péché dès le commencement. Le Fils de Dieu est apparu précisément  pour détruire les œuvres du diable. 

Hébreux 4 : 14- 16

14 Tenons donc fermement la foi que nous proclamons. 15 Notre grand-prêtre a été tenté en tout comme nous le sommes, mais il n’a pas commis de  péché. Approchons-nous donc avec confiance du trône de Dieu, o­ù est la grâce. 

Alors que la première parole avait pour but de signifier que la foi en Jésus est une force libératrice, la deuxième indique la nature de celui qui est justement le consommateur de notre foi : Jésus-Christ est Dieu, et sous forme d’homme, il a été appelé «Fils de Dieu» venu détruire les œuvres du Diable ou Satan.  

Satan est l’esprit qui apporte au monde les malédictions, les malheurs et tisse autour de l’homme des liens sociaux et spirituels qui pousse l’homme à la mort irrémédiable alors que l’Eternel Dieu est l’esprit d’Amour ou Esprit Saint qui protège, inspire et suscite les bénédictions et libère l’homme de vicissitudes du monde et lui offre les possibilités d’une vie éternelle. C’est pourquoi il faut approcher Jésus–Christ  en pensant à la  croix  sur laquelle il a été suspendu pour nous libérer de Satan et … au pardon  qu’il nous accorde lorsque nous le lui demandons humblement, sincèrement et en vérité. 

 

CHAPITRE III

«Voici ta mère»

 (Jean  19 : 27)

______________________________________________________________________

 Jean 19 : 25-27

25 Près de la croix de Jésus se tenaient sa mère, la sœur  de sa mère, Marie la femme de Clopas et Marie de la ville de Magdala. 26 Jésus vit sa mère et, auprès d’elle, le disciple qu’il aimait. Il dit à sa mère : – Voici ton fils, mère. 27 Puis, il dit au disciple : – Voici ta mère. Et dès ce moment le disciple la prit chez  lui. 

Marie, mère de Jésus et épouse de Joseph a été un instrument dans les mains de l’Eternel Dieu. Ni plus ni moins, comme Abraham,  Elie, Saul dit « Saint Paul »… 

Marie a été un instrument de réalisation  de la Bonne nouvelle de Dieu. Elle a sa place de choix dans les exemples d’obéissance à Dieu. En tant telle, elle devrait  être  enseignée comme  modèle de foi dans le cadre  de la  Bonne nouvelle,  cette force  dont  se sert Dieu  pour sauver  tous ceux qui croient en Jésus-Christ (Romains 1 : 16).  

De ce point de vue, ignorer Marie, mère de Jésus dans les enseignements bibliques  cache parfois une forme subtile d’hérésie  sur  la voie  du salut des hommes. Mais en faire une idole, une  icône sacré,  une déesse ou une reine  du ciel sur la terre, c’est faire le jeu de Satan. Sous cette divinisation   plus ou moins accentuée de Marie se cache  souvent de divinités antiques de nature satanique.

On peut citer deux exemples majeurs de sources sataniques de divinisation de Marie, mère humaine de Jésus-Christ.  

- Identification de Marie à la déesse Isis des Egyptiens

Isis, c’était une divinité égyptienne représentée sous l’aspect d’une femme  allaitant son fils, Horus, lui-même dieu du ciel  et incarné sur terre en Pharaon vivant, roi d’Egypte. 

La légende  veut qu’elle ait réussi  à ressusciter  son mari Osiris, lui-même  dieu du recommencement et garant de la survie humaine dans le monde souterrain. «Osiris» signifie celui qui est sur le trône mais comme garant de la vie dans le monde souterrain ;  on peut donc penser qu’il est Satan au sens chrétien du terme.  

La légende  affirme aussi qu’Isis avait réussi  à connaître le nom caché du dieu soleil «Rê» ou «Ra». Elle était devenue de ce fait une grande magicienne. On pouvait ainsi invoquer son nom pour être guéri de diverses maladies. C’est d’ailleurs avec le pouvoir obtenu par la connaissance  du nom de dieu Rê ou Ra  qu’elle avait  pu  ressusciter  Osiris,  son mari. Dans le sens ci-dessus, elle avait été adorée comme mère universelle et mère consolatrice depuis – 2065 avant Jésus-Christ en Egypte. Mais le culte d’Isis  a donné lieu à une religion qui gagna aussi la Grèce antique en – 500 ans avant Jésus.  Cette religion isiaque gagna malheureusement aussi l’empire romain.  

L’empereur romain Caligula (37-41) érigea même un temple à Isis sur le capitole. Cette religion isiaque gagna ainsi tout l’empire romain avant l’entrée en action du christianisme. Marie, élevée au rang de reine et de mère universelle et consolatrice, est une forme d’adoption  de la satanique religion isiaque. Marie, mère universelle et consolatrice, n’est que la forme actuelle d’Isis adorée par malheureusement beaucoup d’entre les chrétiens. Comment cela est-il arrivé ? C’est le point ci-dessous développé.    

- Identification de Maire à la déesse Artemis des Grecs ou Diane des  Romains

Artémis est la divinité grecque identifiée  à la déesse Diane des romains. Elle  était la fille de Zeus, dieu grec de la lumière céleste, garant de la royauté et de l’ordre social  et arbitre suprême de la justice.  La particularité de Zeus, malgré sa position hiérarchique très élevée dans la divinité chez les grecs anciens, c’était de rester soumis  aux «Destins».  Les «Destins» n’étaient autre chose que la destinée que l’Eternel avait choisie pour chaque homme en particulier.   

Zeus était donc obligé d’utiliser la «raison » pour devenir Souverain. Sa royauté devait être fondée elle-même sur la raison. Il n’était «père des dieux et des hommes» que dans la mesure il pouvait interpréter les «Destins» auxquels lui-même était soumis et arbitrer les conflits entre les dieux et entre hommes eux-mêmes.  

Combien aujourd’hui invoquent-ils la «raison» tout en recourant aux astrologues, aux devins, aux sorciers comme Zeus. Zeus est leur dieu et ce dieu ne peut être que Satan  puisque Satan est cet esprit qui commande «raisonnablement» aux hommes du monde sans que lui-même échappe aux forces des destins déterminés par l’Eternel.  

Artémis, fille de Zeus-Satan et déesse  de la chasse et de la lune avait été conçue comme vierge et chaste, toujours escortée des nymphes.  Munie des d’arcs et des flèches, elle devait nuitamment poursuivre des fauves. Plus tard, elle fut identifiée à «Diane», une des plus anciennes divinités adorées par les latins à Rome avant que ce dernier ne devienne un grand empire. Les romains adoptèrent la déesse Artémis sous le nom ancien de Diane après la chute de la Grèce au profit de la puissance romaine.    

Mais plusieurs siècles après, Rome s’écroula à son tour. A la fin de l’empire romain, l’église chrétienne de Rome hérita d’un pays en désordre et malgré,  elle, elle s’est vue élevée au rang d’institution politique pour diriger le nouvel empire romain, quoique réduit géographiquement au niveau de l’Europe actuelle et de l’Afrique du nord dont l’Egypte. 

En tant institution politique, cette église chrétienne de Rome se devait de ne point heurter religieusementses administrés ;  elle a donc préféré élever   «Marie» au rang  de la nouvelle déesse, intégrant  à la fois Diane des latins, Artémis des grecs et Isis des égyptiens et Marie des chrétiens.  

La nouvelle déesse nommée «Marie » devait être tout à la fois donc «vierge», «chaste», «mère universelle et consolatrice» et «mère de Jésus». On a même inventé une science à cet effet, «la mariologie».  La réflexion mariologique aboutit à deux thèses principales : 

  • Celle de l’Immaculée conception de Marie acceptée par le concile de Bâle (431) et érigée en dogme par Pie IX (1854).
  • Celle de son Assomption, érigée en dogme par Pie XII (1950).

 Ainsi donc, le culte de Marie s’était développé à partir  du 4ème siècle après  Jésus–Christ en récupération des divinités antérieures au christianisme dont celles ci- dessus évoquées.  

En se débarrassant de cette divinisation sataniste de Marie, on peut parfaitement voir en elle un efficace  instrument utilisé par l’Eternel, Dieu : 

  • Pour accomplir son plan secret (Ephésiens 3 :7-13) ;
  • Pour montrer que la foi et l’amour doivent être fondés sur l’espérance de ce qui nous est réservé dans les cieux (colossiens 1 :5-13)
  • pour éduquer les croyants en ce qu’ils ne doivent pas se quereller mais s’instruire mutuellement dans la douceur (2 Timothée 2 :24-26) ;
  • Pour faire comprendre aux hommes que la Parole  divine est vivante, qu’elle pénètre  jusqu’au point où  l’âme et l’esprit se rencontrent, qu’elle juge les désirs  et les pensées du cœur de l’homme et qu’elle constitue une épée à  deux tranchants ;
  • Pour instruire sur la justice, comme fondement de son Royaume déjà en gestation dans la vraie église du Christ. 

Marie est un modèle d’obéissance. Qu’elle ait pu accepter d’être enceinte du Saint Esprit à l’annonciation avant que même son fiancé  Joseph soit prévenu (Mathieu 1 :23-25) – et ce, au risque de le perdre – n’est pas à la portée de n’importe quelle jeune fille. C’est  - avec  le sacrifice d’Isaac par Abraham -  une épreuve dont seule la foi peut triompher. 

 Luc 1 : 26-28  (Annonciation) 

26 Le sixième mois, Dieu envoya l’ange Gabriel, dans la ville de Galilée nommé Nazareth. 27 Chez une jeune fille fiancée à un homme appelé Joseph, qui était un descendant  du roi David, le nom de la jeune fille était Marie.28 L’ange entra chez elle et lui dit : – Réjouis –toi, le Seigneur t’a accordé une grâce  particulière, Il est à avec toi.29 Marie fut très troublée par ces mots, elle se demandait  ce que pouvait signifier  cette  salutation.30 L’ange lui dit  alors : – N’aie pas peur, Marie, car tu as la faveur de Dieu31 Tu vas devenir enceinte et tu mettras au monde  un fils que tu nommeras Jésus.32 Il sera grand  et on  l’appellera le Fils de Dieu  Très  Haut, le Seigneur Dieu fera de lui un roi, comme le fut David son ancêtre.33 et Il régnera sur le peuple d’Israël  pour toujours ; son règne n’aura pas de fin34 Marie dit à l’ange : – comment cela sera -t-il possible, puisque je suis vierge ? 35 L’ange  lui répondit :- Le Saint-Esprit viendra sur toi et la puissance de Dieu Très Haut  te couvrira comme une ombre. C’est pourquoi on l’appellera Saint et Fils de Dieu l’enfant qui doit naître.36 Elisabeth ta parente attend  elle-même  un fils, bien qu’elle soit âgée ; on disait  qu’elle ne pouvait pas  avoir d’enfant et elle en est maintenant  à son sixième mois.37 Car rien n’est impossible à Dieu 38 Alors Marie  dit : 39 – Je suis la servante du Seigneur ; qu’il me soit fait comme tu l’as dit et l’ange la quitta.  

Elle a accepté une grossesse avant même de voir le signe démonstratif de la puissance de Dieu : la grossesse d’Elisabeth sa parente  très âgée dont on disait qu’elle ne pouvait  plus être enceinte ! Dans son cantique, au lieu de tirer orgueil de la constatation de la grossesse d’Elisabeth, elle chante la gloire  de Dieu  et  Lui confirme de nouveau sa condition d’humble servante du Seigneur, l’Eternel Dieu. 

Luc 1 :39-45  (Visitation) 

26 À cette même époque, Marie se mit en route et se rendit en hâte dans la région  montagneuse de Judée. 27 Elle entra dans la  maison de Zacharie et salua Elisabeth.28 Au  moment où Elisabeth entendit  la salutation de Marie, l’enfant remua  au-dedans d’elle .Elisabeth fut remplie du Saint-Esprit. 29 Et s’écria  d’une voix forte : – Dieu t’a bénie  plus que toutes les femmes  et sa bénédiction repose sur l’enfant  que tu auras.30 Qui suis – je  pour que  la mère de mon Seigneur  vienne chez moi 31 Car, vois–tu, au moment où j’ai entendu ta salutation, l’enfant a remué de joie au- dedans de moi. 32 Tu es heureuse : tu as cru que ce qui t’a été annoncé de la part du Seigneur s’accomplira.  

Luc 1 : 46-48 (Le cantique de Marie) 

26 Marie  dit alors : – Mon âme loue la grandeur du Seigneur, 27 et  mon cœur est plein de joie à cause de Dieu, mon Sauveur 28 car il a bien voulu  abaisser son regard sur moi, son humble servant. 

Et même quand  elle a usé de son pouvoir maternel sur Jésus – Christ  en le poussant à faire son premier miracle de transformation  de l’eau en vin aux noces de Cana, c’était finalement pour la gloire de Jésus.  Il est écris dans la Bible que ce miracle «fit apparaître ainsi  sa gloire, et ses disciples crurent en lui » (Jean 2 :3-5). 

Marie – mère de Jésus – est une personne ordinaire mais aussi un instrument comme parmi tant d’autres  utilisés par l’Eternel pour accomplir son dessein de Rédemption du monde. En tant que tel, il est important  de considérer Marie comme un modèle ; un modèle d’affection et un modèle d’obéissance à l’Eternel et surtout un modèle pour les membres de l’Eglise du Christ. En Luc 2 : 6-7 de la Bible, on montre comment elle a pris soin de l’enfant divin dans  des conditions difficiles et en Luc 2 :48 comment, elle et son mari ont recherché l’enfant  lorsqu’ils crurent que Jésus–Christ était perdu. 

Luc 2 :4-7  

4 Joseph partit de la ville de Nazareth en Galilée  pour aller en Judée dans la ville de Bethléem (…).5 Il alla s’y faire inscrire avec (…) sa fiancée, Elle attendait un enfant 6 et, pendant  qu’ils étaient à Bethléem, le jour arriva où son bébé devait naître. 7 Elle mit au monde un fils, son  premier-né. Elle l’enveloppa  de langes et  le coucha  dans une  crèche, parce qu’il n’y  avait pas de place  pour eux. 

Surtout, elle était  au bas de croix lorsque son fils y était  suspendu et en souffrance atroce (Jean 19 : 25).Nulle part dans la Bible, elle n’apparaît comme une mère universelle, ni comme une reine, encore moins comme une déesse. Même auprès de la croix de son fils  divin, elle apparaît comme une mère éplorée et …ordinaire car elle était là pour cause de souffrance de son fils et non pour  tous. Du reste, Jésus n’était que son premier-né parmi tant d’autres enfants qui étaient nés d’elle par Joseph cette fois-là.  

L’Eglise chrétienne devrait s’inspirer de Marie pousser beaucoup à faire montre d’obéissance à Dieu (Ephésiens 4 : 1-6) et d’affection pour ceux qui souffrent (Jacques 1 : 19-27). Elle devrait être de tous pour tous c’est-à-dire la mère, simple et ordinaire, des croyants en Jésus-Christ. Rechercher en Marie les qualités d’un bon et efficace instrument de l’Eternel, c’est actuellement, faire d’elle un modèle pour l’Eglise, Eglise  dont  le Christ est la tête. 

CHAPITRE IV

 « Eloï, eloï, lema sabachthani ? (ce qui signifie : «Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné»?)» 

(Marc 15 : 34)

______________________________________________________________________

Marc 15 : 33-39

33 A midi, l’obscurité se fit sur tout le pays et dura jusqu’à trois heures de l’après-midi. 34 Et à trois heures, Jésus cria  d’une voix forte : - Eloï, eloï, lema sabachthani ? (Ce qui signifie : «Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné» ?).35 Quelques-uns de ceux qui étaient là l’entendirent et s’écrièrent : – Ecoutez, il appelle Elie ! 36 L’un d’eux courut remplir une éponge de vinaigre et le fixa au bout d’un roseau, puis il la tendit à Jésus pour qu’il boive et dit : – Attendez, nous allons voir Elie vient le descendre de la croix ! 37 Mais Jésus poussa un grand cri et mourut. 38Le rideau suspendu dans le temple  se déchira en deux depuis le haut jusqu’en bas. 39 L’officier romain, qui se tenait en face de Jésus, vit comment il était mort et il dit : – Cet homme était vraiment le Fils de Dieu. 

On peut se demander pourquoi Jésus-Christ ne s’est pas sauvé  lui-même ? N’était-il pas le Fils de Dieu ?   

Dans la méthodologie humaine, on peut se dire : 

  • Ou bien la passion de Jésus-Christ n’était qu’une mise en scène de l’Eternel Dieu. Même en condition d’homme, l’Eternel n’est pas de nature à souffrir.
  • Ou bien sa passion était réelle mais alors Jésus-Christ n’était qu’un imposteur puisque l’Eternel ne peut pas souffrir.   

La souffrance et la mort de Jésus furent réelles. Pour montrer qu’il pouvait abolir les lois du temps et de l’espace qui régissent le monde tangible actuel, il fallait que Jésus soit pleinement homme. C’est de cette manière que Eternel Dieu pouvait pousser l’homme à emprunter le chemin du Salut tracé par Lui ! Ainsi donc, pour que le chemin tracé par Jésus soit emprunté par l’homme, il fallait que ce chemin soit tracé par Jésus en tant homme et pour l’homme !  

Cette souffrance avait été annoncée par le Prophète Esaïe, 1000 ans auparavant sous la forme d’un juste maltraitée et  600 ans avant la passion effective du Christ.  

Psaume 22 : 2 – 32  

2Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? Pourquoi restes-tu si loin, sans me secourir, sans écouter ma plainte ? Mon Dieu, le jour je t’appelle au secours mais tu ne réponds  pas ; et la nuit  encore, mais sans recevoir d’apaisement. …4 Pourtant tu sièges sur ton  trône,  toi le Dieu saint qu’Israël ne cesse de louer. (…) 8 Tous ceux qui me voient se moquent  de moi, ils font la moue, ils secouent la tête.     9 Ils disent de moi : «Il a remis son sort au seigneur, e bien, que le seigneur le tire d’affaire ! Le seigneur l’aime, eh bien, qu’il le sauve !» (…)  15 Ma force s’en va comme l’eau qui s’écoule, je ne tiens plus débout. Mon courage  fond en moi comme la cire. (…) 17 Une bande de malfaiteurs m’encercle, ces chiens ne me laissent aucune issue ; ils m’ont lié pieds et mains. (…) …19 ils se partagent mes habits, ils tirent au sort mes vêtements.  21 Sauves- moi d’une mort violente, protège ma vie contre la dent de ces chiens. 22 (…)  ah tu m’as répondu ! 23 Je veux donc parler de toi à mes compagnons,  je veux de glorifier en public :   24 « glorifiez le Seigneur, vous ses fidèles.  Honorez-le, vous tous descendants de Jacob. Tremblez devant lui, vous tous descendants d’Israël !  25  Car il n’a ni méprisé ni rejeté le misérable accablé ; il ne s’est pas détourné de lui, il a entendu son appel. »26  Seigneur, c’est grâce à toi que je peux te louer devant la grande assemblée. (…) 32 On racontera à ceux qui vont naître ce qu’il a fait pour sauver les siens.

Esaïe 53 : 7 – 10 

7Il s’est laissé maltraiter sans protester, sans rien dire, comme un agneau qu’on mène à l’abattoir, comme une brebis devant ceux qui la tondent. (…)  10 Mais le Seigneur approuve son serviteur accablé, et il a rétabli celui qui avait offert sa vie à la place des autres. 

Cette souffrance fut réelle et en tant comme homme Jésus avait une indicible angoisse d’elle.  

Luc 22 : 39 – 46 

39  Jésus sortit et se rendit, selon son habitude, au mont des Oliviers. (…)  41 Puis il (…) se mit à genou et pria  42 en ces mots : – Père, si tu le veux, éloigne de moi cette coupe de douleur. Toutefois, que ce ne soit pas ma volonté qui se fasse, mais la tienne.  43 Alors un ange du ciel lui apparut pour le fortifier.   44 Saisi d’angoisse, Jésus priait avec encore plus d’ardeur, Sa sueur devint comme des gouttes de sang qui tombaient à terre.     45 Après avoir prié, il se leva, revint vers ses disciples et les trouva endormis de tristesse. 46 Il leur dit : – Pourquoi dormez-vous ? Levez-vous et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation. 

En fait, les méthodes divines n’ont rien à voir avec celles des humains.

Le Seigneur dit en Esaïe 55 : 9, ce qui suit :  

Esaïe 55 : 9 

9 (…) ce que Je pense n’a rien de commun avec ce que vous pensez, et vos façons d’agir n’ont rien de commun avec les miennes. Il y a autant de distance entre mes méthodes et les vôtres,  qu’entre le ciel et la terre !   

L’objectif du Seigneur est que l’homme sans foi ni loi renonce à ses pratiques, que l’individu malveillant renonce à ses méchantes pensées et que tous les hommes reviennent à Lui car Il aura pitié d’eux et leur accordera un large pardon (Esaïe 55 : 7 – 8) 

Jean 12 : 20 – 33 

20 Quelques Grecs se trouvaient parmi ceux qui étaient venus à Jérusalem pour adorer pendant la fête. 21 Ils s’approchèrent de Philippe (…) et lui dirent : – Monsieur, nous désirons voir Jésus. (…)  23  Jésus leur répondit : – L’heure est venue où le Fils de l’homme va être élevé à la gloire. 24 Je vous le déclare, c’est la vérité : un grain de blé reste un seul grain s’il ne tombe pas en terre et ne meurt pas. Mais s’il meurt, il produit beaucoup de grains.  25 Celui qui aime sa vie la perdra, mais celui qui refuse de s’y attacher dans ce monde la gardera pour la vie éternelle. (…) 27 – Maintenant mon cœur est troublé. Et que dirai-je ? Dirai-je : Père, délivre-moi de ce qui va arriver en cette heure ? Mais c’est pour cela que je suis venu, pour passer cette heure de souffrance. 28  Père, donne gloire à ton nom ! Une voix se fit alors entendre du ciel : – Je l’ai déjà glorifié et je le glorifierai de nouveau. 29 la foule qui se trouvait là et avait entendu la voix disait : – C’était un coup de tonnerre ! D’autres disaient : – Un ange lui a parlé !  30 Mais Jésus leur déclara : – Ce n’est pas pour moi que cette voix s’est fait entendre, mais pour vous. 31 C’est maintenant  le moment où ce monde va être jugé ; maintenant, le chef de ce monde va être chassé. 32 Et moi, quand j’aurai été élevé de la terre, j’attirerai tous les hommes à moi. 33 ( par ces mots, il indiquait de quel genre de mort il allait mourir.). 

Abolir les lois du temps et de l’espace consistait donc à vaincre la mort par la résurrection pour la vie éternelle. Cela,  Jésus-Christ l’a réalisé par sa propre résurrection. Pour l’homme, emprunter le chemin du Salut, consiste tout simplement à accepter Jésus-Christ et songer à la mort comme un passage obligé nécessaire pour être ressuscité. Il faut absolument croire en Jésus-Christ avant la mort pouvoir être ressuscité pour la vie éternelle. Ce n’est qu’avec la mort et puis la résurrection que l’homme pourra être doté d’un corps immortel, incorruptible, inaltérable par l’espace et le temps et donc impossible d’être régis par le monde et enfermé dans des liens sociaux et spirituels qui font de ce monde actuel une cage satanique.  

C’est pourquoi la mort de Jésus-Christ avait été un sacrifice volontaire. Mais il est vivant aujourd’hui ; il intercède continuellement pour nous auprès du Père. 

Hébreux 8 : 1 -2

1 Voici le point le plus important (…) : c’est bien un (…) grand- prêtre que nous avons, et il s’est assis dans les cieux à la droite  du trône de Dieu, la puissance suprême. 2 Il accomplit le service de grand-prêtre dans le sanctuaire (…)     

Hébreux 7 : 24 – 26 

24 (…) Jésus vit toujours et sa tâche de prêtre n’a pas à être transmise à quelqu’un d’autre. 25 C’est pourquoi il peut sauver, maintenant et toujours, ceux qui s’approchent de dieu par lui, car il est toujours vivant pour prier Dieu en leur faveur. 26 Jésus est donc le grand-prêtre qu’il nous fallait. Il est saint, il n’y a aucun mal et aucun péché en lui, il a été séparé des pécheurs et élevé au-dessus des cieux. 

Satan est le maître de ce monde ; et c’est de ce monde actuel qu’il importe de sortir en se préparant… dans la foi en Jésus-Christ  …. pour un autre monde. Sans sujets, Satan n’est rien du tout. On cesse d’être sujet de Satan dès lors que l’on croit en Jésus-Christ et l’on cesse d’être angoissé à l’idée de la mort physique.  

C’est ici que la méthode divine est étonnante. La mort de Jésus était nécessaire mais sa victoire incontournable.  

  • Elle  a ouvert – par la résurrection qui s’en est suivie – une brèche dans le monde de Satan et ce dernier est désormais incapable de refermer cette brèche. Il appartient à l’homme de l’emprunter tout simplement avec foi en Jésus.  
  • Elle a marqué une victoire incontournable, car elle fut la victoire de l’Amour sur la mort, d’un Juste sur le Mauvais de ce monde.

Le cri de Jésus-Christ rappelait judicieusement celui du «Juste» du Psaume 22 : 2 «Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » ; ce cri avait pour but d’indiquer aux maîtres de la loi juive qui venaient de le condamner que le Juste avait était aussi le Sauveur du peuple. La prophétie du Juste (datant de plus de 1000 ans avant la naissance de Jésus) venait – tristement par eux – de se réaliser en Jésus-Christ. 

Hébreux 1 : 1 – 28 

1Autrefois Dieu a parlé à nos ancêtres à plusieurs reprises et de plusieurs manières par les prophètes,2 mais dans ces jours qui sont les derniers il nous a parlé par son Fils. C’est par lui que Dieu a créé l’univers, et c’est  lui que Dieu a désigné pour entrer en possession de tout. 3Il reflète la splendeur de la gloire divine ; il est la représentation exacte de ce que Dieu est, et il soutient l’univers par sa parole puissante. Après avoir purifié les hommes de leurs péchés, il s’est assis dans les cieux à la droite de Dieu, la puissance suprême. 

Quant à la méprise du peuple sur le sens des mots de la quatrième parole prononcés par Jésus, c’était le résultat de la fausse religion qui avait fait du Messie un chef politique éternel dans un monde dominé par Satan. Pas un seul instant, le peuple n’a songé qu’il ne s’agissait que de rappeler aux maîtres de la loi juive le cri du Juste en Psaume 22.   

La religion mensongère devait vaciller sur ses propres bases ; et c’est pourquoi le voile du temple s’est déchiré en deux  indiquant par là l’amorce d’une étape nouvelle, celle où Jésus était lui-même l’intercesseur des hommes auprès de l’Eternel.  

 

CHAPITRE V

 «J’ai soif»

 ( Jean 19 : 28)

________________________________________________________________________

Jean 19 : 28

28 (…) comme Jésus savait que, maintenant, tout était achevé, il dit pour accomplir le texte de l’Ecriture : – J’ai soif. 29 Il y avait là un vase plein de vinaigre. Alors les soldats trempèrent une éponge dans le vinaigre, la fixèrent à une branche d’hysope et l’approchèrent de la bouche de Jésus. 

Jésus enseignait presque continuellement. Il avait – comme qui dirait- soif pour que les gens comprennent et que la vérité les affranchit de la tutelle de Satan. Il avait soif que les gens comprennent que : 

« La loi du Seigneur est parfaite elle rend la force de vivre ;  les ordres du Seigneur méritent confiance ; ils aident les simples à savoir se conduire.  Les exigences du Seigneur sont justes. Elles remplissent le cœur de joie. Les commandements du Seigneur sont limpides. Ils aident à y voir clair ».  (Psaume 19 : 28) 

C’est pour avoir eu cette soif de rédemption pour les hommes qu’il a été mis à la croix par la volonté des anciens du peuple juif et maîtres de la Loi. Quelle triste ironie ! Ce sont ceux-là qui devaient bien connaître la Loi et la mission du Messie qui n’ont justement rien compris à la Loi et à l’accomplissement de cette dernière en Jésus-Christ ! C’est pourquoi Jésus-Christ a tenu à leur rappeler les mots du Juste du Psaume 69. Et lorsqu’il eut soif, on lui donna du vinaigre ! 

Psaume 69 

21 L’insulte m’a brisé le cœur (…) je cherche quelqu’un qui me console, mais je ne trouve personne.22 Dans ma nourriture ils ont mis du poison, et quand j’ai soif ils m’offrent du vinaigre33 Les humbles verront ma délivrance et s’en réjouiront. Vous qui cherchez le secours de Dieu, longue vie à vous. (…) 36 Car Dieu sauvera Sion, il rebâtira les villes de Juda. Son peuple les récupérera et les occupera de nouveau. 37 Les enfants de ses serviteurs les recevront en héritage et ceux qui aiment le Seigneur y auront leur demeure. 

La soif de Jésus-Christ était une soif poussant les gens à avoir soif de la vie éternelle ! 

Jean 7 : 37 – 39 

36 Jésus, débout devant la foule, s’écria : – si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive. 37Celui qui croit en moi des fleuves d’eau vive couleront de son cœur comme dit l’Ecriture 38 (Jésus parlait de l’Esprit Saint que ceux qui croyaient en lui allaient recevoir. A ce moment-là, l’Esprit Saint n’avait pas encore été donné, parce que Jésus n’avait pas encore été glorifié). 

Jésus a offert de cette eau à son peuple sous forme des «Paroles» de rédemption et de vie comme un pain venu du Ciel. 

Jean 4 :  13 – 14 

 13 Jésus (lui répondit) : 14 (…) celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura plus jamais soif. Car l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’où coulera la vie éternelle. 

Jean 12 : 44 – 50 

44 (…) celui qui croit en moi ne croit pas seulement en moi, mais aussi en celui qui m’a envoyé. 46Moi, je suis venu dans le monde comme la lumière, afin que tout homme qui croit en moi ne reste pas dans l’obscurité. 47 Si quelqu’un entend mes paroles et ne leur obéit pas ce n’est pas moi qui condamne car je suis venu pour sauver le monde et non pour le juger. 48 Celui qui me rejette et n’accepte pas mes paroles trouve là ce qui le condamne. C’est l’enseignement que j’ai donné qui le condamnera au dernier jour. 49 Car je n’ai pas parlé avec ma seule autorité, mais le Père qui m’a envoyé m’a ordonné lui-même ce que je devais dire et enseigner. 

Jésus-Christ avait enseigné à la multitude les béatitudes : les vertus d’un cœur pur, de la douceur, de la pitié et de la volonté de paix …Ces béatitudes contrastaient avec la pratique quotidienne des prétendus maîtres de la Loi. 

Mathieu 5 : 3 – 10

3 Heureux ceux qui se savent pauvres en eux-mêmes, car le Royaume des cieux est à eux !  4Heureux ceux qui sont dans la tristesse, car Dieu les consolera ! 5 Heureux ceux qui sont doux, car ils recevront la terre que Dieu a promise ! 6 Heureux ceux qui désirent avec ardeur vivre comme Dieu le demande, car Dieu le leur accordera pleinement ! 7 Heureux ceux qui ont pitié des autres, car Dieu aura pitié d’eux ! 8 Heureux ceux qui sont purs en leur cœur, car ils verront Dieu ! 9 Heureux ceux qui créent la paix autour d’eux, car Dieu les appellera ses fils ! 10 Heureux ceux qui sont persécutés parce qu’ils agissent comme Dieu le demande, car le Royaume des cieux est à eux ! 

La pratique des dirigeants du peuple juif n’était qu’une rébellion à Dieu, une hypocrisie à grande échelle et une prostitution …incompatible avec les promesses de salut (Jean 12 : 44-50, Jean 7 : 37-39, Jean 4 : 1-21). Les prophètes n’ont cessé de dénoncer cette pratique et cette hypocrisie :

Esaïe 1 : 13 

13 Cessez de m’apportez des offrandes, c’est inutile ; cessez de m’offrir la fumée de sacrifices, j’en ai horreur ; cessez vos célébrations (…) je n’admets pas un culte mêlé au crime. 

Jérémie 23 : 11 

11 Prophètes aussi bien prêtres, tous sont crapules. On trouve jusque dans mon temple les traces de leurs méfaits, déclare le Seigneur. 

Esaïe 1 : 21-23 

21 Comment la cité fidèle a-t-elle pu dégénérer en prostituée ? (…) à présent, les assassins y sont maîtres. 23 Tes princes sont des agitateurs, ils sont complices des filous,  tous amateurs de cadeaux, coureurs de pots-de-vin, violent les droits de l’orphelin, sourds à la plainte de la veuve. 

Jérémie 23 : 10 

10 Le pays est rempli de gens qui commettent l’adultère. Ils se précipitent vers le mal, ils sont pleins de courage pour des pratiques inadmissibles (…). 

Les menaces de Père formulées par l’Eternel n’avaient pu ramener les fautifs à la raison ! 

Michée 3 : 1-12 

1 Votre rôle n’est-il pas de vous conformer au droit ? 2 Mais vous détestez ce qui est bien et vous aimez ce qui Mal, vous arrachez aux gens jusqu’à la peau et à la chair qui recouvrent leurs os. 3 (…) le seigneur (…) détournera d’eux son regard à cause du mal qu’ils ont commis. 4 (…) ils partent en guerre contre ceux qui ne leur mettent rien dans la bouche. 5 Eh bien, finies les visions ! (…) comme après le coucher du soleil, vous n’y verrez plus rien ! 7 Tous ceux qui prédisent l’avenir (…) Dieu ne leur répond plus 12 (…) à cause de vous, Sion deviendra un champ labouré (…). 

Penses-t-on échapper à Dieu ? Non, il n’y a pas d’obscurité profonde pour l’empêcher d’apercevoir les malfaiteurs (Job 34 :22) ; il dirige ses regards partout et observe aussi bien les bons que les méchants (Proverbes 15 :3) et il n’est rien qui puisse être caché à Dieu. Tout dans l’ensemble de la création se trouve à nu et à découvert devant son œil et c’est à lui que nous devons tous rendre compte (Hébreux 4 : 13). Mais Dieu est miséricordieux. La soif de paix et de liberté de Jésus-Christ pour son peuple est une soif divine, de parfaite et lucide connaissance de l’œuvre esclavagiste et meurtrière de Satan à l’égard de l’homme. 

Ezekiel 36 : 24 – 28 

24 (…) après vous avoir retirés du milieu des peuples et des pays où vous vous trouvez, je vous rassemblerai et vous ramènerai dans votre patrie.  25 Je verserai sur vous de l’eau pure qui vous purifiera ; oui, je vous purifierai de toutes vos souillures et de toute votre idolâtrie. 26 Je vous donnerai un cœur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau. J’enlèverai votre cœur insensible comme une pierre et je le remplacerai par un cœur réceptif. 27 Je mettrai en vous mon Esprit, je vous rendrai ainsi capables d’obéir à mes lois, d’observer et de pratiquer les règles que je vous ai prescrites. 28 Alors vous pourrez habiter dans le pays que j’ai donné à vos ancêtres ; vous serez mon peuple et je serai votre Dieu. 29 Je vous délivrerai de toutes vos souillures. Je ne vous enverrai plus de famine mais je ferai pousser le blé et je vous donnerai des récoltes abondantes. 

Esaïe 65 : 16 – 17 

16 Dans le pays ceux qui voudront souhaiter à d’autres  d’êtres bénis le feront en prononçant le nom du seul vrai Dieu. (…). 17 Car je vais créer un ciel nouveau et une terre nouvelle, si bien qu’on évoquera plus le ciel ancien, la terre ancienne. On n’y pensera plus. 

Apocalypse 21 : 1 – 7 

1 Je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre ; car le premier ciel et la première terre avaient disparu et la mer n’était plus. 2 Et je vis descendre du ciel, d’après de Dieu, la ville sainte, la nouvelle Jérusalem, prête comme une épouse qui s’est parée pour son époux. 3 J’entendis du trône une forte voix qui disait : voici le tabernacle de Dieu avec les hommes ! Il habitera avec eux ; ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux.4 Il essuiera toute larme de leurs yeux ; la mort ne sera plus, et il n’ y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleurs car les premières choses ont disparu. 5 Celui qui était assis sur le trône dit : voici, je fais toutes choses nouvelles. Et il dit : Ecris, car ces paroles sont certaines et vraies.  6 Il met dit : C’est fait ! Je suis l’Alpha et l’Oméga, le commencement et la fin. A celui qui soif, je donnerai de la source d’eau de la vie, gratuitement.7 Tel sera l’héritage du vainqueur, je serai son Dieu et il sera mon fils.      

Pour être avec Dieu, il faut avoir vraiment soif de Lui comme Il a soif de notre rédemption. Il n’écoutera pas nos prières sans repentance et si nos mains sont encore recouvertes de sang des innocents. Dieu dit (voir Esaïe 1 : 15) : «Quand vous étendez les mains pour prier, je me bouche les yeux pour ne pas voir. Vous avez beau faire prière sur prière, je refuse d’écouter, car vos mains sont couvertes de sang.». 

Les exigences préalables formulées par Dieu en Esaïe 1 :16 restent d’actualité : 

  •  Nettoyez-vous
  •  Purifiez-vous
  • Ecartez de ma vue vos mauvaises actions
  • Cessez de mal faire
  • Apprenez à bien faire
  • Préoccupez-vous du droit de gens
  • Tirez d’affaires l’opprimé
  • Rendez justice à l’orphelin
  • Défendez la cause de la veuve.

 «L’homme doit donc aimer son Dieu de tout son cœur, de tout son esprit et de toute sa force ; et il doit aimer son prochain comme lui-même. C’est beaucoup mieux que de présenter à Dieu des animaux qu’on brûle sur l’autel et de lui offrir toutes sortes de sacrifices ». (Marc 12 : 33).   

CHAPITRE VI

 «Tout est achevé»

 ( Jean 19 : 30)

_____________________________________________________________________

 (Jean 19 : 30) 

28 (…) comme Jésus savait que, maintenant, tout était achevé, il dit pour accomplir le texte de l’Ecriture : – J’ai soif. 29 Il y avait là un vase plein de vinaigre. Alors les soldats trempèrent une éponge dans le vinaigre,  la fixèrent à une branche d’hysope et l’approchèrent de la bouche de Jésus. 30 Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit : - Tout est achevé. Puis il baissa sa tête et mourut. 

«Tout est achevé», «Tout est accompli», «Tout est consommé»…, c’est avant tout un cri de victoire. Les prophéties sont réalisées de manière surprenante ; elles se réalisent à la manière d’un plan secret alors qu’elles avaient été publiques et proclamées longtemps à l’avance. Ces prophéties faisaient même partie de la culture tant des élites que du peuple d’Israël. 

Les maîtres de la Loi avaient une interprétation particulière de ces prophéties. C’est cette interprétation particulière («religion officielle »)  qui faisait partie de la pensée  politique et la  pratique sociale courante et  qui permettait  aux élites dirigeantes (maîtres de la Loi) de dominer sur les populations. Il ne fallait donc pas toucher au dogme établi de la religion officielle juive, la Loi juive.  

Mais justement, les prophéties relatives au Messie ou Christ ne pouvaient pleinement prendre leur sens et se réaliser effectivement que si elles triomphaient des calculs politiques de l’establishement. Les maîtres de la Loi juive ont été ainsi obscurcis dans leur pensée tant et si bien qu’ils ont concouru à la réalisation des prophéties en leur insu. 

Dans une logique parfaitement conservatrice, ils ont en effet préféré condamner un innocent, un «Juste » qui faisait trop des miracles au point de disqualifier la religion officielle plutôt que de renoncer aux privilèges très nombreux du pouvoir établi. Ils ont permis en quelque sorte que Jésus meure et ressuscite comme prévu dans les Ecritures.  

Les maîtres de la Loi avaient aussi induit en erreur le peuple en affirmant que le Messie sera un dirigeant éternel d’un royaume politique humain –par définition éphémère -. Ils avaient occulté le fait que la victoire du Messie sera une victoire d’Amour éternel de Dieu (Jérémie 31 : 3, Romains 8 : 38- 39) sur l’esclavage institué par Satan sur les hommes et une victoire par la disqualification des véhicules du péché (argent, pouvoir et sexe) : 

Une victoire sur la convoitise de l’argent 

Mathieu 6 : 24 

24 Personne ne peut servir deux maîtres : il haïra l’un et aimera l’autre. Il sera fidèle à l’un et méprisera l’autre Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et  l’argent. 

Jean 10 : 12 – 13 

12 L’homme qui ne travaille que pour l’argent, qui n’est pas le berger et à qui les brebis n’appartiennent pas, abandonne les brebis et s’enfuit quand il voit venir le loup, de sorte que le loup s’empare des brebis et les disperse.13 Il s’enfuit parce qu’il ne travaille que pour l’argent et ne se soucie pas de brebis. 

Une victoire sur les appétits d’un  pouvoir absolu sur les hommes 

Luc 14 : 11 

11 (…) tout homme qu s’élève sera abaissé, et celui qui s’abaisse sera élevé. 

Eclésiastes 7 : 7 

7 Le pouvoir d’opprimer peut rendre insensé un homme sage, un cadeau peut rendre malhonnête. 

Proverbes 25 : 6 – 7 

6 Ne te mets pas en avant en présence du roi et ne t’attribue pas la place d’un grand    personnage. 7Il vaut mieux qu’on te dise : «  Reçois une fonction plus haute » ; que si on te rabaissait en faveur d’un notable. 

Eclésiates 8 : 2 –5 

2 Lorsqu’un roi parle, il faut obéir. (…) 4 Sa parole est souveraine. (…) 5 Celui qui lui obéit ne se mettra pas dans un mauvais cas. Mais le sage a la conviction qu’à un moment donné interviendra le jugement de Dieu.

Une victoire sur les réductions de l’amour aux plaisirs sexuels éphémères

Proverbes 5 : 3 – 4 

3Les sollicitations d’une femme infidèle sont sucrées comme le miel, onctueuses comme l’huile. 4Mais cette femme laisse finalement autant de dégoût qu’une plante amère ; elle blesse comme une arme à double tranchant. 

1 Corinthiens 6 : 16 – 20 

16 (…) ne savez-vous pas que l’homme qui s’unit à une prostituée devient avec elle un seul corps ? (…).19 Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit, cet Esprit qui est en vous et que Dieu vous a donné ? 20 Dieu vous a acquis, il a payé le prix pour cela. Utilisez donc votre corps pour la gloire de Dieu. 

Le Seigneur Jésus- Christ a tout fait pour doter les hommes des armes redoutables contre la mort et pour la vie éternelle ! Par le nom de Jésus-Christ, on pouvait briser toute tentative de Satan pour contrôler la vie de quelqu’un et pour le mener à la mort comme bon lui semblait !     

Hébreux 2 : 11 -  18 

11 Jésus (…) purifie les hommes de leurs péchés et ceux qui sont purifiés ont le même Père. C’est pourquoi Jésus n’a pas honte de les appeler ses frères.     14 Puisque les enfants, comme Il les appelle, sont de chair et de sang, Jésus lui-même est devenu comme eux et a participé à leur nature humaine. Il l’a fait afin de détruire par sa mort le diable, qui détient la puissance de la mort.15et de délivrer ainsi ceux qui étaient comme des esclaves durant toute leur vie à cause de la peur de la mort.16 car ce n’est certes pas des anges qu’il vient en aide, mais aux descendants d’Abraham. 17 C’est pourquoi il devait devenir en tout semblable à ses frères, afin d’être leur grand prêtre fidèle et plein de bonté dans son service devant Dieu, pour que les péchés du peuple soient pardonnés. 18 Et maintenant, il peut venir en aide à ceux qui sont tentés, parce qu’il a été tenté lui-même et qu’il a souffert. 

2 Corinthiens 9 : 3 – 5 

3(…) nous vivons dans un corps humain, mais nous ne combattons pas d’une façon purement humaine. 4 Les armes que nous utilisons dans notre combat ne sont pas celles des hommes de ce monde : ce sont les armes puissantes de Dieu qui permettent de détruire des forteresses. Nous détruisons les faux raisonnements ; 5 nous renversons tout ce que l’on dresse orgueilleusement contre la connaissance de Dieu, nous faisons prisonnière toute pensée pour l’amener à obéir au Christ. 

Il faut que les hommes puissent se servir de son nom Jésus-Christ pour avoir une éclatante et permanente victoire sur le Satan.  C’est pourquoi l’Eternel Dieu s’était approché des hommes et en condition d’homme. Pour que les hommes puissent aussi se rapprocher de Lui. 

Ephésiens 6 : 10 – 18

10 (…) cherchez votre force dans l’union avec le Seigneur et dans sa grande puissance.11 Prenez sur vos toutes les armes que Dieu vous donne afin de pouvoir tenir bon contre les ruses du diable. 12Car nous n’avons pas à lutter contre des êtres humains mais contre les puissances spirituelles mauvaises du monde céleste, les autorités, les pouvoirs et les maîtres de ce monde obscur. 13 C’est pourquoi, saisissez maintenant toutes armes de Dieu ! Ainsi, quand viendra le jour mauvais  vous pourrez résister aux attaques de l’adversaire et, après avoir combattu jusqu’à la fin, vous tiendrez encore fermement votre position.  14 Tenez-vous donc prêts : ayez la vérité comme ceinture serrée autour de votre taille ; prenez sur vous la droiture comme une cuirasse ;  15 mettez le zèle à annoncerla Bonne Nouvelle de la paix comme des chaussures à vos pieds. 16 Prenez toujours la foi comme un bouclier qui vous permettra d’éteindre toutes les flèches enflammées du Mauvais. 17 Acceptez le salut comme un casque et la Parole de Dieu comme une épée que vous donne l’Esprit Saint.18 Faites tout cela dans la prière, en demandant à Dieu son aide. Priez en toute occasion, en étant guidés par l’Esprit. A cet effet, soyez vigilants et continuellement fidèles. 

L’Eternel Dieu s’était jadis rapproché des Israélites sous une autre forme mais ces derniers en avaient eu peur.    

Exode 20 : 18 – 20 

18 Tous les Israélites entendirent  le coup de tonnerre et la sonnerie de trompette, tous virent les éclairs et la montagne fumante ; ils se mirent à trembler de peur et se tinrent à distance. 19 Ils dirent à Moïse : – Parle-nous toi-même, et nous t’écouterons ; mais Dieu ne nous parle pas directement, sinon nous mourrons. 20 Moïse leur répondit : – Ne craignez rien ! Si Dieu s’est rapproché de vous, c’est pour vous mettre à l’épreuve ; il veut que vous reconnaissiez son autorité et que vous ne commettiez de péché.  

En Jésus-Christ, l’Eternel en condition d’homme et – par réduction méthodologique- deuxième personne de la trinité,  est cette Parole de Dieu qui s’est faite chair ou plutôt «Fils de l’Homme » pour pouvoir s’adresser aux hommes, et ce, en langage des hommes. C’est une Parole vivante qui s’est adressée aux hommes, une Parole consignée dans la Sainte Bible et toujours renouvelée par les personnes inspirées par le Saint Esprit pour La diffuser, L’enseigner à tous les hommes, actuels et futurs.  

Si Jésus-Christ est apparu comme un Fils d’homme pour sa mission, pour ceux qui croient en Lui, il est apparu comme un Fils de Dieu … une façon comme une autre de dire que l’Eternel était venu ici sur terre en condition d’homme. C’est par cette forme d’homme que l’Eternel nous signifie et nous invite à se considérer aussi comme des fils de Dieu… à condition de croire en Jésus-Christ et espérer en son œuvre rédemptrice.        

Il ne s’agit pas de croire intellectuellement mais d’avoir confiance en Jésus et d’espérer en l’Eternel. Dieu nous aime et dans son amour, Il nous donné des armes pour combattre le Satan, le diable.  Le « diable » désigne celui qui désunit et qui sépare d’avec le Créateur. Jésus-Christ est venu pour rétablir le lien rompu ; il est mort et ressuscité des morts pour que nous soyons de nouveau unis à l’Eternel. Il nous faut donc résister au diable en  identifiant au préalable toutes les armes utilisées par Satan. 

En eux-mêmes, l’argent, le pouvoir et le sexe ne sont pas mauvais mais ils deviennent des véhicules du péché dès lors qu’ils sont frénétiquement recherchés et utilisés en dehors de l’amour entre humains. Ils expriment la marque de Satan lorsqu’ils servent à des ambitions égoïstes et démesurées et génèrent des meurtres de toutes sortes (assassinats,  humiliation des autres, etc.).  Satan les donne pour dieux pour oublier le seul vrai Dieu, L’Eternel et Père de Jésus-Christ. L’Eternel et Seigneur est le seul en effet qui bénit les hommes et leur donne ce dont ils ont besoin …et ce, selon son propre plan. 

Jérémie 31 : 3 

3 Je t’aime d’un amour éternel  c’est pourquoi Je te conserve ma bonté. 

Psaume 91 : 14 – 16 

13 Il est attaché à moi, dit le Seigneur, Je le mettrai donc à l’abri ; Je le protégerai parce qu’il sait qui je suis. 14 S’il M’appelle au secours, Je lui répondrai ; Je serai à ses côtés dans la détresse ; Je le délivrerai, je lui rendrai son honneur. 15 Je lui donnerai une vie longue et pleine et  Je lui ferai voir que Je suis son sauveur. 

Psaume 91 : 3 – 1 3 

3 C’est le Seigneur qui te délivrera des pièges que l’on tend devant toi et de la peste meurtrière 4 Il te protégera, tu trouveras chez lui un refuge, comme un poussin sous les ailes de sa mère. Sa fidélité est un bouclier protecteur (…) 10 Aucun mal ne t’atteindra, aucun malheur n’approchera de chez toi car le seigneur donnera l’ordre à ses anges de te garder où que tu ailles.12 Ils te porteront sur leurs mains pour éviter que ton pied ne heurte une pierre.13 Tu marcheras sans risque sur le lion ou la vipère, tu pourras piétiner le fauve ou le serpent. 

Romains 8 : 38 – 39 

38 (…) j’ai la certitude que rien ne peut nous séparer de son amour : ni la mort, ni la vie, ni les anges, ni d’autres autorités ou puissances célestes, ni le présent, ni l’avenir.39 ni les forces d’en haut ni les forces d’en bas, ni aucune chose créée, rien ne pourra jamais nous séparer de l’amour que Dieu nous a manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur. 

Apocalypse 1 : 5 –6 

5 (…) le Christ nous aime, il nous a délivré de nos péchés par sa mort.6 et a fait de nous un royaume de prêtres pour servir Dieu, son Père A Jésus-Christ soient la gloire et la puissance pour toujours ! Amen. 

Ephésiens 1 : 3 – 11 

3 Louons, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ ! Il nous a bénis dans notre union avec le Christ en nous accordant toute bénédiction spirituelle dans le monde céleste. 4 car Dieu, avant d’avoir fait le monde, nous avait déjà choisis pour être siens en Christ afin que nous soyons saints et sans défauts devant Lui. Dans son amour, 5 Dieu avait décidé par avance qu’il ferait de nous ses fils par Jésus-Christ ; il l’a voulu parce que cela lui plaisait.6 Louons donc Dieu pour la splendeur de la grâce qu’il nous a généreusement donnée en son Fils bien aimé. 7 Car, par le sacrifice du Christ, nous sommes délivrés du mal et nos péchés sont pardonnés. Dieu nous a ainsi montré la richesse de sa grâce, 8 qu’Il nous accorde en abondance en procurant une pleine sagesse et une pleine intelligence 9 Il nous a fait connaître son plan secret, qu’il avait librement décidé par avance d’accomplir en Christ. 10 Ce plan, que Dieu achèvera à la fin des temps, consiste à réunir tout ce qui est dans les cieux et sur la terre sous un seul chef, le Christ.  11 Dans notre union avec le Christ nous avons reçu notre part au salut, car Dieu nous avait choisis par avance, selon son plan ;  et  Dieu fait toutes choses conformément à ce qu’il a décidé et voulu lui-même. 

Il nous faut donc utiliser les armes que le Seigneur Dieu a mis à notre disposition pour combattre le Satan et ses démons. La prière avec louange semble la plus importante des armes dès lors qu’elle est faite avec foi, sincérité et vérité. Le Seigneur Dieu exauce parfois la prière au-delà  de ce qui a été demandé.

De la Parole de Dieu, on peut citer quelques indications utiles sur la «prière» de la manière suivante : 

  •  Faites la prière au nom de Jésus-Christ, mort et ressuscité d’entre les morts. Il existe en effet plusieurs Jésus ; il faut toujours préciser que l’on prie celui-là qui est Christ, mort et ressuscité et pas un autre. 
  • Demandez le pardon de vos péchés et pardonnez à ceux qui vous ont offensé. Le pardon envers les autres est la condition de votre propre pardon par le Seigneur. Il ne faut pas faire comme ce travailleur à qui son maître a effacé une dette de 10.000 F et qui voudrait étrangler son collègue pour 100 F qu’il lui doit. 
  • Demandez avec précision ce que vous désirez obtenir. Si vous ne savez pas ce que vous voulez obtenir, comment saurez-vous la réponse à votre prière ? Vous ne saurez même pas que le Seigneur vous a accordé plus que vous n’avez demandé !
  • Fondez votre prière sur une promesse biblique! Il vaut mieux fonder votre prière sur une promesse biblique puisqu’elle est une parole authentiquement divine et exprimant la volonté divine en faveur de tous les êtres humains. La promesse divine peut être personnelle mais – attention – elle pourrait tout aussi être le fruit d’une ruse satanique.
  • Ayez foi en Dieu l’Eternel en ayant la certitude d’obtenir une réponse.  La réponse peut être positive ou négative, immédiate ou différée  dans le temps selon que Dieu estime votre demande vous sera heureuse ou fatale, bénéfique  maintenant ou plutôt dans un an ou  deux.
  • Servez l’Eternel, d’une manière ou d’une autre, en attendant la réponse qu’il vous accordera. Par la prière votre fardeau est déposé auprès de Jésus-Christ et en principe vous devez déjà être heureux puisque vous êtes déchargé du fardeau. Soyez joyeux pour cela.
  • Louez l’Eternel Dieu pour toutes les bénédictions antérieures vous accordées gratuitement ou pour toutes les réponses reçues auparavant et attendez patiemment la réponse à vos prières. La gratitude est une marque des bons enfants et la reconnaissance, un gage de fidélité envers toute personne miséricordieuse. C’est aussi la joie en retour des personnes qui donnent avec amour et de Dieu par excellence.   

 

CHAPITRE VII 

«Père, je remets mon esprit entre tes mains»

 (Luc 23 : 46)

_____________________________________________________________________

 

Luc 23 : 44 – 47 

44 Il était environ midi quand le soleil cessa de briller : l’obscurité se fit sur tout le pays et dura jusqu’à trois heures de l’après-midi. Le rideau suspendu dans le temple se déchira par le milieu.45 Jésus s’écria d’une voix forte : – Père, je remets mon esprit entre tes mains. Après avoir dit ces mots, il mourut. 46 L’Officier romain vit ce qui était  arrivé ; il loua Dieu et dit : – Certainement cet homme était bon ! 

Dans sa vie terrestre, Jésus-Christ a  délivré beaucoup des gens des maladies et des mauvais esprits. Il l’a fait avec amour et profonde compassion. Avec amour et réelle mais profonde compassion, on peut délivrer quelqu’un des liens démoniaques et de leurs effets physiques et spirituels ; pour le faire, outre l’amour  et la compassion pour la personne à délivrer, il faut agir avec foi en Jésus-Christ et en son nom …comme le ferait un ambassadeur de Jésus-Christ ici sur terre, la puissance libératrice étant l’apanage exclusif de Jésus-Christ. 

Luc 7 : 11 -17 

11 Jésus se rendit (…) à Naïn 12 Au moment où il approchait de la porte de le ville, on menait un mort au cimetière ; c’était le fils unique d’une femme qui était veuve (…). 13 Quand le Seigneur la vit, il fut rempli de pitié pour elle et lui dit : – Ne pleure pas. 14 Puis, il avança et toucha le cercueil, les porteurs s’arrêtèrent. Jésus dit : – Jeune homme, je te l’ordonne, lèves-toi 15 Le mort se dressa et se mit à parler. Jésus le rendit à sa mère.16 Tous furent saisis de crainte ; ils louaient Dieu en disant  - un grand prophète est apparu parmi nous ! et aussi – Dieu est venu secourir son peuple ! 

Jean 11 : 1 – 57 

1 Un homme appelé Lazare tomba malade. Il habitait Béthanie (…).3 (…) Les deux sœurs [Marie et Marthe] envoyèrent quelqu’un dire à Jésus :- Seigneur, ton ami est malade. (…) 17 Quand Jésus arriva, il découvrit qu’on avait mis Lazare au tombeau quatre jours auparavant. 32 Lorsque Marie arriva à l’endroit où était Jésus et qu’elle le vit, elle se jeta à ses pieds et lui dit : – Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort ! 33 Jésus vit qu’elle pleurait et que les juifs qui étaient venus avec elle pleuraient aussi. Il en fut profondément attristé et troublé. (…). 35 Jésus pleura.36 Les juifs dirent : – Voyez comme il l’aimait.37 Mais quelques-uns d’entre eux dirent : – Lui qui a ouvert les yeux de l’aveugle, ne pouvait-il pas faire aussi que Lazare ne meure pas ? 38 Jésus, de nouveau profondément attristé, se rendit au tombeau. 39 Enlevez la pierre, dit Jésus. 43 (…) il cria d’une voix forte : – Lazare, sors de là ! 44 Le mort sortit, les pieds et les mains entourées de bandes et le visage enveloppé d’un linge. Jésus leur dit : – Déliez-le et laissez-le aller. 

Marc 5 : 22 – 43 

35 (…) Les messagers vinrent de la maison de Jaïrus et lui dirent :- Ta fille est morte.36 Mais Jésus (…) dit à Jaïrus : – N’aie pas peur, crois seulement.39 L’enfant n’est pas morte, mais elle dort. 40 Ils se moquèrent de lui (…) il (…) entra dans la chambre où était l’enfant 41 Il la saisit par la main et lui dit : – Talitha kom ! (ce qui signifie : « Fillette, lèves-toi, je te le dis ».) 42 La fillette se leva aussitôt et se mit à marcher (elle avait douze ans). Au moment où ils virent cela, ils furent frappés d’un très grand étonnement. 

Marc 3 : 1 – 5 

1 (…) Jésus retourna dans la synagogue. Un homme s’y trouvait, qui avait la main paralysée (…) 2(…) car ils voulaient l’accuser. 3 Jésus dit à l’homme qui avait la main paralysée – lèves-toi, là, devant tout le monde.4 (…) – Que permet notre loi ? de faire du bien le jour de sabbat ou de faire le mal ? de sauver la vie d’un homme ou de la détruire ? Mais ils ne voulaient pas répondre.5 Jésus les regarda tous avec colère ; il était en même temps profondément attristé à cause de leurs mauvais sentiments. – Avance ta main. Il l’avança et sa main redevint saine. 

Marc 1 : 40 – 42  

36 Un lépreux vint à Jésus, se mit à genoux devant lui et lui demanda son aide en disant – Si tu le veux, tu peux me rendre pur.  37 Jésus fut rempli de pitié pour lui ; il étendit la main, le toucha et lui déclara : – Je le veux, sois  pur. 42 Aussitôt, la lèpre quitta cet homme et il fut pur. 

Mathieu 15 :  30 

30 Des foules nombreuses vinrent à lui, amenant avec elles des boiteux, des aveugles, des infirmes, des muets et beaucoup d’autres malades. On les déposa aux pieds de Jésus et il les guérit. 

Mathieu 17 : 14 – 21 

14 (…) un homme s’approcha de Jésus, se mit à genoux devant lui :15 et dit :   Maître, aie pitié de mon fils. Il est épileptique et il a de telles crises, souvent, il tombe dans le feu ou dans l’eau.16 Je l’ai amené à tes disciples mais ils n’ont pas pu le guérir.(…) 18 Jésus parla sévèrement à l’esprit mauvais ; celui-ci sortit de l’enfant qui fut guéri à ce moment même. 19 les disciples (…) lui demandèrent – Pourquoi n’avons-nous pas pu faire sortir cet esprit ? 20 Jésus leur répondit :- Parce que vous avez trop peu de foi. Je vous le déclare, c’est la vérité : si vous aviez de la foi gros comme un grain de moutarde, vus diriez à cette colline : « Déplace-toi d’ici à là-bas » et elle se déplacerait. Rien ne vous serait impossible [21 Mais c’est par la prière et le jeûne seulement qu’on peut faire sortir ce genre d’esprit]. 

Du début jusqu’à la fin sur sa croix, Jésus-Christ n’a exprimé aucune pensée tournée vers lui-même ! Par les mots d’un Psaume, Jésus-Christ indique ce que les êtres humains faire pour leur vie éternelle et rappelle très subtilement aux maîtres de la Loi sa nature vraie. 

Psaume 31  : 4 – 7 

4 Oui, tu es bien mon rocher fortifié. Par fidélité, à toi même, sois mon guide et mon berger. 5 Fais-moi échapper au piège qu’on m’a tendu car c’est toi qui est ma sécurité.   6 Je me remets entre tes mains, Seigneur, toi qui m’as pris en charge, Dieu fidèle. 7 Je déteste le culte qu’on rend aux faux dieux ; moi je me confie en toi, Seigneur. 

On peut remettre son esprit à Dieu ou …à Satan. A la mort d’un homme, l’esprit remis à Satan devient un démon et va grossir le rang de l’armée des démons. C’est ce sont ces démons que Satan utilise pour asservir le monde. Ce sont ces esprits démoniaques qui inspirent aux vivants des idées de violence, de haine, de meurtres, de crimes de toutes sortes et …obscurcissent constamment la vérité de Dieu. A la fin du monde, ces esprits iront dans un lieu de souffrance éternelle, sorte de seconde mort puisqu’ils ne pourront plus avoir accès à la terre et aux cieux. Satan et ses démons seront ainsi donc un jour éliminés définitivement.  

Par contre, l’esprit remis à l’Eternel Dieu est conservé et servira plus tard dans un corps immortel. Il sera remis à l’honneur le jour de la résurrection ; et après jugement, il héritera, dans son nouveau corps glorieux, de la nouvelle terre et de nouveaux cieux et ce, en compagnie heureuse et éternelle de Dieu. C’est cela l’extraordinaire promesse de Dieu et pour laquelle Christ est venu dans le monde. 

En remettant son esprit à son Père, l’Eternel Dieu, Jésus-Christ trace et indique clairement aux hommes la voie à suivre pour vaincre la mort et la souffrance. Le Christ est venu dans le monde non pas pour juger les hommes  mais les sauver. Concrètement, Jésus-Christ voudrait que les hommes remettent à Dieu leurs esprits et obtiennent ainsi l’assurance d’une vie éternelle. C’est le but suprême de sa mission sur terre. C’est pourquoi il faut organiser un culte régulier au Seigneur, un culte d’adoration et de louange, qui permette aux croyants de se souvenir de cette nécessité de remettre à Dieu leurs esprits et donc leurs vies entre les mains de l’Eternel. C’est l’objectif premier d’un culte. Il ne faut surtout pas réduire un culte à une réunion d’une organisation sociale, d’une rencontre culturelle ou politique. Surtout, il faut éviter d’en faire un lieu d’adoration du pasteur, fut-il brillant et puissant prédicateur. 

Dieu est Esprit et Il parle aux hommes à travers leurs propres esprits. Lorsque Dieu s’installe dans les esprits humains, Il le fait  à la manière d’un homme qui s’installe dans son salon et commence à parler à ses hôtes. 

Une fois installée dans l’esprit humain, Dieu amorce avec lui un dialogue portant sur les magnificences du Paradis et surtout Il en devient le directeur et le guide. Ceci est important car Dieu voit loin et partout, Dieu connaît tout en détails et en profondeur. S’il est donc le guide de l’homme, ce dernier saura éviter les écueils d’une vie terrestre malheureuse. Malgré les multiples dangers quotidiens de la vie terrestre actuelle, cet homme connaîtra certainement la joie réelle et la paix profonde qu’on ne saurait avoir avec l’argent, avec le pouvoir et le plaisir sexuel sans Dieu.            

Satan n’aime pas les gens qui remettent leurs esprits à l’Eternel Dieu. C’est la signature de sa défaite. C’est pourquoi Satan envoie constamment ses démons qu’ils puissent eux aussi s’installer dans les esprits humains. Pour tenter les croyants en Jésus-Christ, ils utilisent des  personnes vivantes (voir des animaux) aux esprits habités par lui (esprits démonisés) pour mettre ces croyants dans une situation telle qu’ils puissent pécher contrer Dieu. C’est en cela que Satan est aussi diable, séparateur des hommes d’avec l’Eternel Dieu. 

Jésus-Christ est le Seul Nom  que Satan craint véritablement ; c’est le nom signifiant sa défaite à la croix à Golgotha, il y a plus de 2.000 ans. C’est aussi le nom de la victoire de ceux qui se confient en l’Eternel Dieu et qui lui ont remis leurs esprits. C’est pourquoi il faut constamment invoquer le nom deJESUS-CHRIST pour éloigner les démons et Satan leur maître en période de tentation. C’est comme si on faisait un «remake», une émission rediffusée de la radio ou une révision d’un  film à la télévision sur la défaite de Satan. 

Il faut  invoquer le nom de Jésus-Christ pour chasser les mauvaises pensées inspirées en notre insu par les démons ou refuser les désirs ou mœurs véhiculées par des personnes et objets démonisés.  Il arrive en effet que les démons se matérialisent sous des formes physiques diverses ou des visions ou des images. Là aussi, il faut les chasser au nom de Jésus-Christ.    

Les démons n’aiment pas que les gens sachent la vérité. Les versets bibliques indiquent la nature de la victoire de Jésus-Christ sur le monde démonisé. 

Luc 24 : 36 – 42 

43 (…) – Voici ce qui est écrit : Le Messie doit souffrir puis être ramené de la mort à la vie le troisième jour.47 et il faut que l’on prêche en son nom devant toutes les nations, (…) 48 Vous êtes témoins de cela.49- Et j’enverrai moi-même sur vous le don que mon Père a promis (…).51 Pendant qu’il les bénissait, il se sépara d’eux et fut enlevé au ciel.  

Colossiens 2 : 9 -12 

9 car tout ce qui est en Dieu a pris corps dans le Christ pour être pleinement présent en lui.

10 et vous avez tout reçu pleinement dans l’union avec lui. Il domine toute autorité et tout  pouvoir spirituel(…).12 (…) quand vous avez été baptisés, vous avez été enterrés avec le Christ, et vous êtes aussi ressuscités avec lui parce que vous avez cru en la puissance de Dieu  qui l’a ramené de la mort à la vie. 

Hébreux 9 : 28 

28 Christ, qui s’est offert une seule fois pour porter les péchés de beaucoup d’hommes, apparaîtra sans péché une seconde fois à ceux qui l’attendent pour le salut. 

Mathieu 24 : 30 – 31

30 (…) tous les peuples de la terre (…) verront le Fils de l’homme arriver sur les nuages du ciel avec beaucoup de puissance et de gloire. 31- la grande trompette sonnera et il enverra ses anges aux quatre côtés de la terre : ils rassembleront ceux qu’il a choisis, d’un bout à l’autre. 

Actes 1 : 3 – 11

6- Ceux qui étaient réunis auprès de Jésus lui demandèrent (…) : – Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d’Israël 7- Jésus leur répondit :- Il ne vous appartient pas de savoir quand viendront les temps et les moments, car le Père les a fixés de sa seule autorité. 

Jean 6 : 38 – 39

38 (…) je suis descendu du ciel pour faire la volonté de celui qui m’envoyé et non ma volonté.39Voici ce que veut celui qui m’a envoyé : que je ne perde aucun de ceux qui m’a donné, mais que je les ramène tous de la mort à la vie au dernier jour. 

Jean  5 : 28  - 29 

28 (…) Ne vous en étonnez pas, car le moment vient où tous les morts qui sont enterrés entendront sa voix 29 et sortiront de leurs tombeaux. Ceux qui ont fait le bien ressusciteront pour recevoir la vie, mais ceux qui ont fait le mal ressusciteront pour être condamnés,. 

1 Thessalonissiens 4 : 13 – 18 

16 On entendra un cri de commandement, la voix de l’archange et le son de trompette de Dieu, et le Seigneur lui-même descendra du Ciel. Ceux qui seront morts en croyant au Christ reviendront à la vie en premier lieu ; 17 ensuite, nous qui serons encore vivants à ce moment là, nous serons enlevés dans les nuages pour rencontrer le Seigneur dans les airs. Et ainsi, nous serons toujours avec le Seigneur. 

1 Thessalonissiens 5 : 3 

3 Quand les hommes diront : «Tout est en paix et en sécurité», c’est alors que tout à coup, la destruction s’abattra sur eux. Ils n’en échapperont pas.

La septième parole montre qu’il faut nous être vraiment vigilants pour se défaire des mauvais esprits au service de Satan. Il faut dire comme Habacuc: « Moi, je vais rester à mon poste de garde, j’attendrai comme un guetteur sur le rempart, pour savoir ce que Dieu me dira et comment il répondra à mes plaintes. » (Habacuc 2 : 1). 

Le monde est comme un champ des esprits vivants. L’Eternel Dieu cherche en en récolter le maximum possible pour le Paradis. Le moment venu, il les revêtira  d’autres corps immortels pour habiter avec lui éternellement. Pour se faire, il faut que les hommes lui remettent leurs esprits. Il leur suffit pour cela d’accepter Jésus-Christ comme leur Sauveur personnel et se laisser ensuite guider par l’Esprit Saint, l’Esprit de l’Eternel Dieu. 

Mais Satan fait tout pour gâter les esprits vivants, les abîmer et, à leur mort, les reverser dans son armée des démons. Jésus-Christ est venu sur terre pour empêcher Satan de disposer ainsi des créatures de Dieu. Mais c’est aux hommes de faire leur choix. Un homme doit faire choix quand son esprit est dans son corps vivant. Après la mort de l’homme, ce serait irrémédiable. Les hommes ont été créés avec un libre arbitre, pour le choix entre la vie et la mort. L’Eternel ne reviendra plus là dessus. 

L’Esprit qui parle aux hommes par la Bonne Nouvelle est celui de Jésus-Christ. C’est un Esprit qui ne se dispute avec personne, qui ne crie point et qui ne fait pas des discours dans la rue. C’est un Esprit qui ne casse pas un roseau courbé et qui n’éteint pas les lampes dont la lumière est faible. Cet Esprit là agit ainsi jusqu’à ce que Justice triomphe et que toutes les nations mettent en Jésus-Christ leur espérance (Voir Mathieu 12 : 15 –21).    

CONCLUSION GENERALE 

Le temps et l’espace sont des réalités tangibles, physiques et mesurables. L’homme doit bénir Dieu de les lui avoir données comme conditions de son existence. Mais en réalité, le monde doit être perçu d’un point de vue spirituel, subjectif et individuel. 

Satan est l’esprit qui apporte au monde les malédictions, les malheurs et tisse autour de l’homme des liens sociaux et spirituels qui pousse l’homme au mal et à la mort irrémédiable. Par les liens ci-dessus, Satan domine sur le monde comme un chef dans une cage. 

L’Eternel Dieu est l’esprit d’Amour qui protège, inspire et suscite les bénédictions et libère l’homme de vicissitudes du monde tout en lui offrant la  possibilité d’une vie éternelle. Il s’est manifesté en Jésus-Christ pour nous parler en langage d’homme et nous indiquer la voie du Salut. Il s’agit là d’une vérité, une vérité qui oblige le croyant en Jésus-Christ à vivre une vie des victoires de chaque instant, une vie au-dessus des intrigues d’inspiration satanique et une  éthique  exigeante de bonté et d’amour. Il en découle une déontologie : 

  • L’attente de la vie éternelle et la recherche de la paix sont de nature à rendre beaucoup de  compétitions inutiles et beaucoup de conflits caducs.  C’est pourquoi, le chrétien doit être constamment au service de la restauration  de la joie de vivre. De ce fait, il heurte ou se heurte à ceux qui recherchent avec acharnement des privilèges dans le monde. 
  • Pour parvenir à cette vie, il faut croire en Jésus-Christ  et penser sincèrement à la  croix sur laquelle il a été suspendu pour nous libérer de Satan et … au pardon  qu’il nous accorde lorsque nous le lui demandons humblement et en vérité.La foi en Jésus-Christ est une force libératrice puisque destructrice des œuvres du Diable ou Satan. En la foi en Jésus-Christ, l’Eternel Dieu, l’esprit d’Amour, protège, inspire et suscite les bénédictions pour le chrétien en butte aux vicissitudes du monde. 
  • Mais il est clair que Seul Jésus-Christ doit être le consommateur de la foi du chrétien. Nulle part dans la Bible, on ne parle de mère universelle  ni de reine à adorer par le chrétien. Toute élévation de Marie, mère de Jésus, à un quelconque statut de déesse ou de reine constitue une ruse du Diable. Tout au plus, Marie doit inspirer à l’église chrétienne de l’obéissance à Dieu à l’instar d’Abraham ou d’Elie et de l’affection pour ceux qui souffrent. Le chrétien doit éviter d’être l’objet d’une récupération par ruse de part de Satan.
  • L’une des formes de cette ruse diabolique consiste à instituer des religions dites chrétiennes mais en réalité au service des intérêts égoïstes des organisations et des hommes qui les composent. Les religions mensongères doivent vaciller sur leurs propres bases  par la simple conviction que Seul Jésus-Christ est intercesseur des hommes auprès de l’Eternel. Les hommes n’ont besoin d’autre médiateur : Jésus-Christ  doit être considéré comme Sauveur personnel de chaque chrétien. Les religions n’ont aucun secours pour le vrai chrétien. Quelle que soit la chaleur humaine ou la ferveur des membres d’une assemblée, le culte est une affaire personnelle de chaque chrétien avec son Dieu ! Chacun a sa souffrance, ses espoirs et son destin. Et son niveau d’espérance et de foi en Jésus-Christ. 
  • Il nous faut donc être personnellement avec Dieu pour échapper à la ruse du Diable. Mais Dieu n’écoutera pas cependant les prières que si elles sont formulées dans un effort de sanctification du chrétien c’est-à-dire en écartant de ses vues les mauvaises actions, en se préoccupant du droit de gens, en rendant justice à l’orphelin et en défendant la cause de la veuve. C’est ainsi que l’homme doit  aimer son Dieu de tout son cœur, de tout son esprit et de toute sa force en aimant son prochain comme lui-même. 
  • Il nous faut également utiliser les armes que le Seigneur Dieu a mis à notre disposition pour combattre le Satan et ses démons. La prière avec louange semble la plus importante des armes dès lors qu’elle est faite avec foi, sincérité, vérité et simplicité de cœur. Le Seigneur Dieu exauce parfois la prière au-delà de ce qui a été demandé. 
  • Le chrétien est en effet avant tout un combattant. Il doit être vraiment vigilant pour se défaire des mauvais esprits au service de Satan. C’est un combattant au service de Dieu et il doit amener à Jésus-Christ  beaucoup d’autres âmes vivantes, âmes que le Satan chercher à gâter, à abîmer et à reverser dans son armée des démons. Le chrétien est le vecteur de la Bonne Nouvelle ;  il doit être convaincu que la paix viendra lorsque toutes les nations mettront vraiment en Jésus-Christ leur espérance ; il doit être  conscient que le nom de Jésus-Christ est puissant pour libérer les personnes, les lieux et les objets infestés de la présence des esprits démoniaques. 

Les sept points ci-dessus résument chacun une leçon parmi tant d’autres. 

POST-SCRIPTUM

Le Cardinal Charles Journet a écrit un livre intitulé «Les sept paroles du Christ en croix »[1]. J’ai acheté ce livre le 12 juin 1998 à Fribourg en Suisse ; je l’ai lu entièrement cette année là. En 2001, j’ai connu une expérience religieuse de plus pénible : le pasteur de mon église était manifestement intéressé par la gloire et l’argent. Il ne différait en rien des politiciens que j’avais connu lorsque j’étais un conseiller politique à Kinshasa. Personne ne veut servir le peuple ; on cherche plutôt à s’en servir pour la gloire et l’argent. Les fidèles comme la masse populaire sont des marches d’escaliers pour  la considération sociale et la richesse matérielle.

La mystification dans la petite église a été telle qu’à un certain moment il a fallu la quitter et fréquenter d’autres assemblées. Un an passée dans ma petite église avait – en effet – stérilisé ou plafonné ma connaissance biblique à son niveau antérieur.

Fin 2001, j’ai décidé de quitter la petite église et de relire la Bible (Bible que j’avais lue en 1995 lors de ma conversion  à la religion chrétienne de manière tout aussi étonnante). Entre temps, j’avais perdu mon emploi. Ce qui m’a facilité la lecture sur toute l’année 2001 mais vers la mi-2001, je me suis souvenu que j’avais un livre intitulé «Les sept paroles du Christ en croix». Mais au lieu de relire le précieux livre, je me suis mis à le refaire mentalement et …le réécrire en me servant de la Bible, en version «français courant».

Le plus étonnant, ce fut un autre livre ! Une nouvelle approche s’est faite jour dans la façon de traiter les sept dernières paroles de Jésus-Christ à la croix : comment la puissance de Jésus-Christ peut-elle aider ceux qui le recherchent véritablement. Il a fallu lui donner un autre titre : les «Sept dernières paroles de Jésus-Christ à la croix ».

   


[1]  Charles Journet : Les sept paroles du Christ en croix, Editions du Seuil, 1952, Paris.

    

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *